Les Océans
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   18.03.17 20:29

À l’extrême nord d’Amuam se trouve une haute chaine de montagne. Ce pays peu accessible s’appelle le Cercle de Haute Pierre et ceux qui y vivent sont les gens du Seigneur Yslaire Redinem de la Montagne Noire. Yslaire n’a de seigneur que le titre. C’est un membre de la vieille Garde d’honneur qui surveille les passes et les cols avancés des montagnes pour empêcher tout mal d’atteindre Amuam. Il a fortifié sa demeure et établit de nombreux rempart dans les montagnes, relayé par des patrouilles d’éclaireur.

Les contreforts abritent à l’est deux autres grandes familles de seigneur, les Erweillers et les Daees. Un différent oppose ces deux familles et les accusations et violence qu’ils se portent les uns aux autres a poussé Cha de Dressandre, le premier conseillé du roi Nigel d’Ariboss, à les convoquer pour se soumettre à l’arbitrage d’Yslaire Redinem.

Trois Kelpies suivent la piste qui mène aux portes. Ceux qui les montent ont l’aisance particulière de ces peuples qui dresse leurs bêtes comme des membres de leur famille. Trois montures fières et agiles, mais l’une d’elle est chargée d’un deuxième cavalier, ralentissant son allure. Ils auront tout juste le temps de gagner les portes, avant que les ombres viennent, attirée par le crépuscule. De larges degrés de pierres ont été aménagés dans le dénivelé pour en contrôler l’érosion. Ils sont rendu traitres et glissant par l’accumulation de neige fondante et la glace qui s’y forme. Leur allure est réduite et le Kelpie le plus lourdement chargé s’y laisse légèrement distancer.

Se retournant sur son Kelpie, George Daee fait une dernière mise en garde à ses enfants :

- Yslaire est un homme dont le seul humour se limite à l’ironie… Alors faites-moi le plaisir d’adopter un profil bas…
- Tu as compris soeurette? Fit Phil par-dessus son épaule…
- C’est à toi que je m’adressais, Phil…

Muelle rit de bon cœur, une avalanche de gaieté renversant la tête en arrière, et son rire se répercuta sur les parois des montagnes à l’infini, comme si les pierres de la Montagne Noire lui répondaient. Pourtant habitué à l’hiver dans les steppes glaciales, les kelpiers franchirent les portes penché sur le col de leur monture, dissimulé par les capuches de leur manteau de laine noire, visiblement soulagé d’avoir atteint le but de leur voyage. Au moment de passer les fortifications seul Muelle, derrière Phil, leva les yeux sur les rempart, semblant se rire du vent et du froid.

- Tu as vu?
- Elle a les yeux jaunes…
- Non! Enfin oui, mais non… Elle souriait… Calme et sereine… On aurait dit qu’elle nous souriait…

Merle tourna la tête et observa le profil de son frère aîné… Il eut un reniflement amusé. « Viens! »
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   18.03.17 22:12


Phil laissa Muelle glisser sur le flanc du Kelpie avant de démonter lui-même. Les Daees mirent pied à terre dans une petite cours intérieure. Elle semblait exiguë, comme écrasée par la hauteur des remparts. Des Kelpiers virent prendre en charge leur monture mais attendirent qu’ils en détachent eux-mêmes leur bagage. Pas de comité d’accueil. Leurs maigres biens formaient un pauvre amoncellement sur le sol pavé, entassé dans la neige fondante. Muelle se tenait là, près de son sac, seule chose qui lui était familière, frissonnante dans le crépuscule de cette fin de journée. Les djins sont si sensibles à leur environnement. Elle est à la dérive, réalisa-t-il. De quelques enjambées, Phil la rejoignit et enfouit sa petite sœur dans son manteau noir, créant pour elle un rempart face à ce monde étrange, lui fournissant une âme sœur à laquelle s’ancrer.

Une porte, peinte en rouge, s’ouvrit sur leur gauche.

- Les Daees, par ici… Fit un homme en se penchant dans l’ouverture avant de s’en effacer cavalièrement pour leur faire signe d’entrer.

Un guerrier au service du roi d’Ariboss portant un tabard rouge et orné d’un cerf doré. L’air négligé, rude, mais pas un mercenaire… Chacun ramassa sa part de bagage et se précipita à sa suite. L’homme n’eut pas besoin de se présenter, leur père l’interpella.

- Le duc Ilm de Treiggel…
- En personne…
- Et maître assassin du roi…

Phil glissa sa main dans celle de sa sœur, pressant ses doigts.

- N’y voyez pas une menace, fit l’homme sans se démonter en les invitant à le suivre d’un geste, Considérez-moi seulement comme une invitation à la bonne volonté…
- Limpidement subtil…
- Yslaire a trouvé, lui aussi… Il vous attend… fit-il en poussant une nouvelle porte.

Ce n’était pas un salon, ni une bibliothèque… Ce n’était pas non plus une salle de conseil ou un bureau… C’était un peu tout ça à la fois, et au centre de la pièce, sur une large table, trônait une immense maquette d’un territoire… Le cercle de Haute-Pierre miniaturisé. Quatre personnes occupaient la pièce; Le seigneur de la Montagne noire et ses cinq fils. Trois lui ressemblaient, à son image, semblable et dissemblable à la fois. Les deux autres ne partageaient pas la même génétique.

Il n’était absolument pas dans la nature d’Yslaire de se soumettre aux salamalecs de bienvenue. Ici aussi on remarquait le malaise qu’apportait la présence d’Ilm de Treiggel. Représentant du roi Nigel D’Ariboss. Maître assassin du roi, mandaté à titre d’arbitre. C’était lui, le Seigneur de la Montagne Noire. Peu importe ses manières et ses mérites, tous suivraient ses volontés. L’assassin les poussa dans la pièce et referma la porte derrière eux.

Yslaire Redinem était un homme sombre à l’expression dure. Un homme à qui ont n’était pas naturellement porté à mentir.

- Soyez le bienvenu, Jinx. Fit-il sans ambages, usant du nom familier d’un très vieil ami.
George s’avança pour le rejoindre, souriant et sincèrement heureux de le revoir.
- Permettez que je vous présente mes enfants : Pierre, Phil et Muelle…

L’occasion n’étant pas protocolaire, chacun salua à sa manière et selon sa personnalité. Muelle fléchit brièvement les genoux en une courbette ironique, ses cheveux noirs se répandant sur ses épaules avec un bruissement de gravier sur le lit d’une rivière.

- Ainsi Pier est votre aîné et cette jeune femme à peine sortie de l’enfance est sa cadette… C’était une critique… On n’emmène pas les enfants à la montagne noire. Le voyage est trop périlleux, la piste n’est pas sûre. Mais Yslaire sembla alors remarquer quelque chose qui adoucit singulièrement son naturel bourru. Il eut même un sourire lorsqu’il remarqua : « Et elle est métisse. »
- Oui, approuva fièrement son père.

C’était ainsi. Ce serait toujours ainsi maintenant. Phil avait été le cadet, il était maintenant le fils puiné. On remarquerait à peine sa présence. On ne parlerait pas de lui parce que sa destiné n’était pas de servir. Il était libre mais anonyme. Sa destiné serait d'être chroniqueur.

- Félicitation Jinx… Vous aviez caché cet heureux événement. Et elle est la cadette d’un cadet! S’émerveilla-t-il encore… « Voilà une génération belle et bien bénie. » fit-il en s’approchant de Muelle pour poser familièrement une main sur son épaule et la faire sortir du rang. « Permettez que je vous présente mes fils à mon tour… Sait-on jamais, peut-être que l’un d’eux pourrait vous plaire… »
- Yslaire! Elle a 14ans!
- Et nous savons tous que la montagne noire n’est pas un endroit pour elle… fit l’assassin dans un lourd sous-entendu.

Yslaire n’en fit pas de cas… Il agit comme si Ilm de Treiggel n’avait rien dit…

- Alors voici Morgane, Merle, Fabre, Robin et Arch. Rendez-moi service et ne leur accordez pas trop d’attention, Xoramen d'Erweiller s’en est déjà chargée…

Morgane avait une physionomie ouverte et une présence magnétique. C'était un solide gaillard, un jeune homme. Merle le suivait de si près en âge qu'on ne distinguait pas qui était l'ainé et le cadet. Il était plus grand et plus élancé que son frère. Ses traits étaient moins harmonieux, plus aigu et la nonchalence de sa posture lui donnait un aspect plus négligé. Là où Morgane était fier et décidé, Merle se montrait plus insolent et frustre. Arch était encore un enfant, au seuil de l'adolescence. Ses traits doux étaient frippés par une expression de méfiance et de mauvaise humeur. Si Robin promettait de devenir un jeune homme de la stature de ses frères, Fabre aurait beaucoup de rattrapage à faire. Pourtant, bien que de taille moyenne, il semblait le plus fort, droit au milieu de lui-même. Vif, souple, en équilibre. De Robin, on pouvait surtout dire qu'il était aussi expansif qu'il était roux.


Dernière édition par Inconcevable le 18.03.17 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   18.03.17 22:36


Ilm de Treiggel observait la scène comme le font les oiseaux de mauvais augures : Avec un silence empreint de cynisme. Sa charge l’avait exclu à tout jamais de ce genre de relation. Partout indésirable et malvenu. La politesse qu’on lui témoignait était inspirée par la peur. Une peur légitime. Personne ne se souciait jamais de qui il était. Un Treiggel, ceux qui savent où va le vent. Une race de roi déchu. Solitaire...

Il examinait avec attention les enfants de Jinx. La manière dont le puiné tenait la main de sa soeur cadette, dont l'ainé se tenait en avant. Ils agissaient ensemble, comme s’ils partageaient une même mentalité, comme s’ils partageaient un même esprit. Et pourtant ils auraient dû être deux là où ils étaient trois. Il était apparent que Phil avait longtemps été le cadet de Pier avant d’être rétrogradé par la naissance de sa petite sœur et que son rôle était encore confus. Leur différence d’âge avec leur cadette était évidente.

De sous sa cuirasse, Ilm avait remonté une vieille blague à tabac. Un frisson lui chatouillait la nuque, un puissant courant. Entre ses doigts, il modelait une chique de surelle dont il bourra sa joue. Quelque chose se passait ici, maintenant. La fille attirait son attention comme tous les autres mais pas pour les mêmes raisons.

- Alors, ça va les retrouvailles? On peut peut-être passer au sujet de votre visite? Fit-il de son ton bourru.

L’atmosphère chaleureuse qu'Yslaire avait établit vola en éclat. Chacun frissonna. Ilm sourit. Un sourire de loup. Il aimait la crainte dont il faisait l’objet… Il avait intentionnellement parlé pour les rendre mal à l’aise. « Je suggère que vos fils ainés, Morgane et Pier soit vos témoins… »

- Ce ne sera pas nécessaire, commença Jinx…
- Je suis seul juge de ce qui est nécessaire, Jinx. Je suis maître assassin dans ce royaume et le grand conseillé Cha de Dressandre m’a envoyé ici pour régler ce problème politique. Vos fils vous serviront d’homme d’honneur… Leur vie attestera de votre bonne foi!
- Et pour les sorcières?
- Ne vous en faites pas, il y a des années que je rêve d’avoir la tête de Zorehira… Allez, Merle, sortez-moi ces gamins d’ici pendant que Fabre ira nous chercher les Chimériennes. Je préfère en finir rapidement avant qu’il n’arrive d’accidents malencontreux. Vous savez, des escaliers glissant, des intoxications alimentaires..
- Quoi? Ici, maintenant? Ne nous laisserez-vous pas un moment pour nous remettre des rigueurs du voyage? S’insurgea Jinx.
- Quelles rigueurs? Rétorqua-t-il avec un sourire aigre. Pour que vous ayez le temps de peaufiner votre stratégie? Remarqua finement le maitre assassin, «  Non. Vous n’aviez qu’à arriver les premiers… Fabre, Merle? Répéta-t-il en guise de sommation.

Aucun des garçons ne bougea sans avant d’avoir l’assentiment de leur père. Fabre fila. Phil amorça le mouvement vers la sortie alors que Muelle s’attardait, immobile, ses yeux jaunes rivés sur Ilm de Treiggel, comme fascinée.

Ilm n’avait pas l’habitude de se laisser dévisager de cette manière. Celui qui l’aurait défié d’un regard trop appuyé aurait goûté de ses poisons. Quelle délicieuse petite effrontée. Pensa-t-il en la jaugeant du regard. Pensive, elle est distraite, remarqua-t-il. Il y a quelque chose qui la dérange et ce n’est pas la façon dont j’ai traité les siens… Il sentit la chair de poule hérisser ses bras. Métisse avait dit Yslaire… Qu’avait-il pu vouloir dire?

- Muelle! l’interpella sèchement son frère aîné. Sors.

Rappelée à l’ordre, elle se retourna vivement vers son frère, lui dédia un regard noir et tourna les talons. Non contente de se laisser parler sur ce ton. Elle rattrapa les autres et Arch ferma la porte derrière eux rompant le sortilège.

- Pourquoi on est venu si c’est pour faire antichambre, remarquait aigrement Phil de l’autre côté de la porte.

Robin gloussa.

- Vous n’aurez pas tout perdu, foi de pirate! Fit-il malicieusement. Cette pièce possède un mur mitoyen avec un escalier de service… Il y a des fissures… On peut tout voir et tout entendre sans déranger personne! Suivez-moi! Ordonna-t-il en les guidant.
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 204
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   18.03.17 23:10

Les Chimériennes. Elles n'étaient pas que des chimériennes, mais elles, précisément, on les reconnaissaient comme la Chimère des marais. Qu'elles soient sorcières des marais et également de la lignée d'Erweller avait été presque étouffé parce qu'elels sont la Chimère.

Arrivées depuis la veille, elles avaient pourtant beaucoup marché, sans kelpies pour les porter, elles n'en avaient pas besoin. Les sorcières d'Erweller ont l'habitude des longs et pénibles trajets. Comparé aux marécages, avancer en montagne est un jeu d'enfant. Du moins ça l'est pour Xoramen, habile et agile. Une fois sur place, elles se sont isolées dans une pièce sombre, humide et glaciale, après avoir été accueillies. Si personne n'a revu Jali et Zorehira depuis, ils ont été nombreux à voir Xoramen hanter couloirs, places et tous les endroits ou il y a une concentration de gens. Beaucoup... tous ont pu admirer au moins une fois sa grâce, entendu ses cliquetis incessants et le froufroutement de ses jupons multicolores.

Lorsque Fabre se présente près de l'entrée du refuge des sorcières, il n'a pas le temps d'atteindre la porte que Zorehira sort de la pièce. Toute de noir et de bleu vêtue, elle toise le jeune homme avec un sérieux à faire frissonner.

- Ah, ils sont enfin arrivés, commente-t-elle, mesquine. Jali, Xo, c'est l'heure.

Jali sort quelques secondes plus tard, en beige et en blanc, et rejoint le jeune Fabre, un sourire bienveillant sur les lèvres. Une main délicate, mais noueuse attrape le bras du jeune homme, question d'escorte.

- Allez, jeune homme, nous sommes prêtes.

À peine le temps pour Fabre de penser qu'il en manque une qu'un froufroutement de jupons se fait entendre, puis le cliquetis des bijoux, avant qu'elle ne déboule hors de la pièce, la tornade colorée contrastant avec les couleurs solennelles des deux aînées. Elle manque de buter dans Zorehira qui la regarde, impassible. Xoramen sourit et glousse avant de prendre sa place, derrière et à gauche de Jali, juste derrière Fabre. Elle penche la tête de côté et l'observe marcher un moment avant de sentir le regard sombre de Zorehira sur elle. Elle se retourne, dévisage sa mère et glousse une fois.

En silence, ou du moins aussi silencieusement que les bijoux de bois, de perles et de métal de Xoramen peuvent être silencieux. Juste avant d'entrer dans la salle, Jali relâche son emprise sur Fabre et le remercie d'une tapotement de sa main noueuse. Quelques secondes plus tard, elle semble avoir changé. La vieille dame voûtée n'est plus. Enfin, si, mais elle est soudainement moins voûtée et même son regard s'est mué en quelques chose de plus dur, de plus stricte. Seule Xoramen semble follement s'amuser, sans qu'on sache trop pourquoi.

- Oh, personne ne manque à l'appel, annonce l'aïeule sans cérémonie.

L'état d'esprit des deux aînées est bien différent de celui de la plus jeune. Elle est attentive, mais elle ne dégage pas l'agressivité ni la perfidie des deux autres. Il semble que chacun de leur avatar fait partie intégrante de leur personnalité. Jali le serpent perfide, Zorehira la Lionne prédatrice et Xoramen, la Chèvre protectrice. Devant les deux autres, la Vipère prenait appuie des deux mains sur une de ses fantaisie, une branche tordue ou elle avait sertit deux pierres orangées qui, par un quelconque sort, luisaient de manière peu rassurantes. De la poudre aux yeux, le bâton en lui-même ne recelait aucune magie autre que les yeux qui brillent, mais ça rendait tout le monde mal à l'aise en général.


Dernière édition par Inimaginable le 25.03.17 14:07, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   19.03.17 8:55

Yslaire est un homme imprégné de respect qui respecte les autres et s’attend à ce qu’on le respecte également. Ça signifie, en tant que seigneur de la montagne noire, qu’il s’attend à ce qu’on réponde à ses ordres. La discussion? Seulement lorsqu’elle est opportune et jamais sans qu’il n’ait le dernier mot. Ses fils savent qu’il ne supporte aucune insubordination ou le moindre manquement de rigueur. Ils sont des guerriers. Ils sont membres de la vieille garde d’honneur.

Il respecte également l’autorité de Nigel d’Ariboss et de ceux qu’il a désignés pour faire respecter sa vision d’Eranth. Lorsque le maître assassin a franchi ses portes, il l’a accueilli avec respect, s’est informé du but de sa visite et lui a fourni les moyens de parvenir à ses fins. Parce que le seigneur de la montagne noire reconnait l’autorité du maitre assassin, tout détestable soit-il. La lignée des Redinems sait départager le vrai du faux. Ils ont toujours su que la lignée des Treiggels avait agi en toute bonne foi dans la tragédie qui les avait écartés du pouvoir. Yslaire ne jugeait pas Ilm comme un homme haïssable mais comme un homme dont les ancêtres s’étaient rendus coupables d’un crime dont ils étaient convaincu qu'il était nécessaire. Une réputation lui serait toujours refusé parce qu’on se souviendrait toujours de ce qu’ils ont fait. Le temps ne leur apporterait ni clémence ni pardon. Et les Daees veilleraient à ce qu’on se souviennent de qui ils sont.

Ilm savait cela. Et le maitre assassin était assez magnanime pour les traiter équitablement.

Le devoir, l’honneur, la responsabilité. Les valeurs de la montagne noire. Si Morgane doit servir de témoin, il n’est nullement perplexe. Si c’est le service que lui demande son père, il fera son devoir. Il ne perçoit pas les ordres d’Ilm comme des menaces. L’assassin n’en est plus aux menaces. La situation prenait un tour politique et on perdait bien plus que la vie dans ce genre de subtilité; Ilm de Treiggel en était le vivant exemple. Un Treiggel se tenait devant eux. Il assumait le poids des erreurs de sa lignée, commises plusieurs générations avant la sienne. Une race de roi maintenant dépourvue de titre et d’honneur. Il se tenait là et faisait lui aussi son devoir. Sans honneur. Sa fonction n’a rien de populaire mais au-delà de celle-ci, jamais on ne soulignerait quoi que ce soit de positif chez un Treiggel. Il ne connaitrait tout au long de sa vie que sa propre satisfaction personnelle sans aucune rétribution. Morgane admira sa détermination.

À l’abri de la montagne noire et des politiques de leur père, les Redinems ne connaissent pas la violence et la brutalité de la politique d’Eranth… L’histoire, quand elle est transmise par des rapports écrit ou oral, s’édulcore sensiblement. Les Daee eux qui savent lire les pierres, n’en ignorent rien. Et Samuelle, à qui on ne laisse pas lire n’importe quoi, eut égard à sa nature de djinn, est tout aussi ignorante. Phil la garde de tout mal.



Fabre était heureux de répondre aux ordres de son père. La satisfaction est une rétribution de grand pouvoir. Il s’exécuta avec célérité, débusquant les sorcières dans l’appartement qu’on leur avait offert. La grande Zorehira avait quelque chose de sinistre. Fils adoptif des Redinem, il n’avait pas de don mais il sentait instinctivement que les intentions de cette femme n’étaient pas claires et lumineuses. Il offrit son bras à la vieille, guidant ses pas, même s’il aurait préféré soutenir la plus jeune. Xoramen et lui avait le même âge. Il lui dédia un sourire timide.

Fabre était un jeune homme bien fait. Solide et fiable. Il ne dépareillait pas ses frères. On pouvait lire sur son visage son honnêteté et la simplicité de sa personnalité.

Il ouvrit la porte pour leur livrer passage et les annonça dans un style qui s’il n’était pas parfaitement protocolaire, était néanmoins respectueux et exact. « Les Chimériennes, venues des marécages d'Erweller… JitanJali, ZorehIra et Xoramen. » Puis, d’un hochement de tête, il salua son père, s’assura d’un bref contact visuel que celui-ci n’avait pas de nouvelle requête, et referma la porte derrière lui en quittant la pièce. Polit, efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   19.03.17 9:06


À quel genre de service était destiné cet escalier, c’était difficile à imaginer. Pas parce que les hypothèses manquaient, mais plutôt parce qu’elles étaient trop nombreuses. Le cercle de Haute Pierre, par sa nature, ne comportait aucune domesticité. On imaginait également difficilement ces gens vivre leurs mœurs autrement qu’en plein jour. L’escalier était étroit, les marches abruptes mais soigneusement entretenu. Les 3 jeunes hommes, le gamin et la métisse s’y entassèrent, choisissant une fissure dans le mortier qui soit à leur convenance. Halewyn les y rejoindrait plus tard.

Fabre chuchota

- Qu’est-ce que voulait dire mon père lorsqu’il a dit que tu étais métisse?
- Je ne suis pas parfaitement humaine… lui répondit platement Muelle, parlant pour la première fois.
- C’est un djin des déserts glacés… Poursuivit Phil… Il s’incarne dans notre famille en sautant souvent quelques générations… Ça ne s’était pas produit depuis longtemps… On croyait qu’il n’y en aurait plus… C’est ce qui donne cette couleur à ses yeux et à sa peau… Il avait l'habitude d'expliquer, de rassurer quant à la nature et aux différences de sa petite soeur. Il savait moduler ses propos pour en faire un sujet d'admiration et de curiosité afin d'atténuer la peur...

Effectivement, les yeux de Muelle luisaient faiblement dans l’obscurité. Comme ceux d’un fauve.

- Ses cheveux aussi… remarqua Fabre en soulevant une mèche de ses cheveux fins. Je n’ai jamais rien vu de tel… Ils sont fins et léger comme de la plume…. Muelle rougit, peu habituée à être le centre de l’attention et encore moins à être admirée… Mal à l’aise, elle devenait hargneuse.
- Il est rare que ce soit une femme… Jusqu’à présent, ça n’avait jamais été un cadet non plus…
- Ça signifie quoi?
- Que je peux vous roussir le poil du cul sans même cligner des yeux… proposa-t-elle dans l’hilarité générale.
- Ssssh! Ils vont vous entendre! Fit Robin en faisant de la place à Halewyn venant les rejoindre dans le noir.
- Et alors?
- Père doit se douter de notre présence, pas Ilm…
- Tu es dangereuse? Interrogea encore Arch Redinem…

Et alors Muelle fit une chose qu’elle ne faisait pas souvent. Elle dit la vérité.

- Tout dépend de la façon dont on m’emploi…

Une vérité toute confite de résignation et de tristesse qui fit une profonde impression aux fils Redinem. Parce que les Daees font partie d’un clan dont les pouvoirs les assignent à la servitude. Leur pouvoir, leur don, n’est pas une liberté. Leur émoi fut chassé par l’entrée des Sorcières Chimérienne. Trois femmes. L’aïeule devant, les deux autres côte à côte un pas derrière elle.

- Là c’est l’aïeule… La mère et la fille… Jali, Zorehira et Xoramen… Ce sont des sorcières des marais, mais aussi les trois têtes de la chimère : Jali est le serpent, Zo le lion et Xo la chèvre…
- Baliverne! Ce sont de simples sorcières… La fille a des pouvoirs de divinations, elle a des visions de l’avenir… Mais elle n’a pas voulu nous montrer…
- C’est bien la seule chose qu’elle ne nous a pas montré, gloussa Robin. Avant de lâcher un "Aïe" sonore!
-Ta gueule, vaurien! On respecte nos hôtes! Fit Merle
- Ssssh!!!
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   19.03.17 9:17

Muelle, elle n’avait d’yeux que pour les chimériennes… Délicate, filiforme, tout en nerf… Seul la jeunesse de la fille adoucissait ses traits. La vieille semblait desséchée, ses mains comme des serres… Muelle se fit la réflexion qu’il devait être difficile d’échapper à la poigne de cette femme-là. Une peur de petite fille sourda en elle. Instinctivement elle se rapprocha des garçons, cherchant leur chaleur. La tension, dans la pièce de l'autre côté du mur, était palpable.

- Personne n’est armé j’espère? Blagua le maitre assassin.

Aucun ne goûta son humour. De concert, les chimériennes secouent la tête, bien que chacun sache que les sorcières, chimériennes de surcroît, ne sont jamais désarmées. Leur nature en elle-même est une arme. Personne non plus ne sait exactement ce qu'elles caches dans les plis de leurs nombreux jupons. Mais chacun sait aussi que les Sorcières ne sont pas réputés pour assassiner qui que ce soit... pas physiquement du moins. Elles n'ont jamais trouver leurs intérêts avec des adversaires morts. Yslaire prit la parole avant qu’Ilm n’outrage d’avantage ses hôtes.

- Il y a toujours eu des frictions entre les 9 grandes familles d’Amuam et ces querelles ont parfois eut des conséquences insensées. Je crois que nous aimerions tous limiter les proportions que pourraient prendre ce conflit…
- C’est la raison d’être de cette médiation, confirma l’assassin. Il s’agit d’une faveur requise par Cha de Dressandre au nom du roi Nigel d’Ariboss. Et entre nous, c’est une indignité que vous en soyez rendu là…
- Ilm de Treiggel, nous nous passerons de vos leçons de morale…
- Oh je n’ignore pas que vous n’avez aucune morale. Ni les uns, ni les autres. Jali eut le culot d'un léger hochement de tête et d'un sourire entendu.Heureusement Yslaire Redinem saura départager le vrai du faux de vos mensonges. Vos témoins, Morgane, Pierre et Zorehira seront engagés vis à vis votre honneur. Je vous accuse donc, fit-il avec une courbette ironique, de diffamation et de violence morale.

Chacun se tue… La diffamation était une chose, la violence morale en était une autre. Xoramen eut un froncement de sourcils, mais son sourire reste aussi pur et innocent qu'il semble l'être. Zorehira ne tressaille même pas. Jitanjali a un léger balancement de tête et peut-être que son sourire se crispe un peu.

- Vous allez être facile à condamner si aucun d’entre vous ne se défend… Susurra l’assassin.
- Nous sommes ici uniquement parce que nous avons vu qu'il était préférable pour nous d'y être, avoue l'aïeule en retrouvant son sourire de petite vieille inoffensive, le genre qui a un tyrannosaure affamé comme animal de compagnie.
- Les Chimériennes salissent la réputation des Daee. Elles nous accusent de manipuler l’histoire à notre convenance pour modeler l’avenir…

La Chimère des marais vaillamment à l'accusation, si ce n'est une grimace désapprobatrice de la Lionne, dont la mâchoire se serre. La Chimère des marais n'avait jamais engagé les hostilités de front.

- Elles ont effectivement une certaine connaissance de l’avenir, n’est-ce pas ? Je suppose qu’elles sont bien placées pour en voir les fluctuations…
- Les archives Daee sont impartiales.
- Vous ne relatez que la version des gagnants, intervient le serpent à la langue acérée, avec une pointe de reproche.
- C’est ainsi que l’histoire se construit. Les gagnants y progressent dans le temps et les perdants y sont assimilés. Leur parole contre la nôtre… Yslaire, Ilm! Les interpella George Jinx Daee. Leur vrai motivation ne sont pas vertueuses et les archives sont là pour le prouver. Elles cherchent à nous discréditer afin de nous faire taire et de laver leur réputation. Que leur méfaits restent inconnus.
- Quels méfaits?
- Elles volent la magie des autres…
- Nous collectionnons les différents types de magie qui se trouvent sur Amuam pour les préserver de l’extinction. Une extinction historique causée par des archives incomplètes! Nous conservons la diversité magique comme eux dressent leurs archives historiques. La Chimère est ainsi depuis l'aube des temps. Le portrait qu’ils dressent de nous est immonde. Ils nous décrivent comme des monstres, réprimande-t-elle avec, il faut bien l'avouer, une pointe de mépris dans la voix. Après de telles accusations, qui pourrait la blâmer.
- Des monstres qui précipitent dans le néant et l’oubli des mages de haut niveau pour s’approprier leur magie.
- Nous n’avons tué personne.
- Mais votre connaissance de la destiné vous donne le pouvoir de l’influencer et de provoquer la fatalité. Vous vous acharner sur le destin jusqu’à ce qu’il mène exactement là ou vous le souhaitez. Vous espérez, en nous diffamant, voler la magie des Pierres et ainsi nous empêcher de dénoncer vos procédés.
- Et si c’est vrai, pourquoi ne vous aurait-il pas éliminé de la même manière que les autres? Remarqua Ilm de Treiggel. Un bref silence et la seule émotion qui transparent est un plissement au coin des yeux de Zorehira. Chacun se tue encore… Et alors Ilm comprit… La Chimère ne peuvent s’acharner sur la destiné de gens qui modèlent l’histoire à leur guise…

Il sourit pour lui-même, appréciant la nature humaine, et chercha Yslaire du regard. Si ce n’était de lui, il les aurait tous passé au fil de la lame.

Cette fois, c'est au coin des yeux de l'aïeule qu’apparaît le froncement. Elle avait certes médit, accusé les Daee de tas de choses, toujours dans le même sens, des archives incomplètes et corrompues par les gagnants, mais Ilm de Treiggel, venait de porter une accusation pire que ce que les chimériennes avaient pu lancer jusque là. L'accusation était aussi grave que de s'acharner sur le destin funeste de gardiens de la magies vouées à la disparition. Et JitanJali elle-même ne l'avait jamais prononcé. Que ce soit l'assassin du roi qui l'annonce était une victoire pour le Serpent. Le silence qui s'était installé était jouissif pour l'Aïeule.

Les Redinems sont des gens probes. Appuyé à son bureau, Yslaire avait écouté avec patience tout ce qui avait été dit sans faire le moindre commentaire et sans poser de questions. Ses mains de guerrier croisées sur sa poitrine, il avait fixé le sol devant lui, les yeux dans le vide. Il y eut un long moment de silence jusqu’à ce que fleurisse un sourire sans joie sur les lèvres d’Yslaire.

- Je ne vous insulterai pas trop si je vous traite tous de beaux salauds?

Ravie et fébrile, Jitanjali, si elle avait eu quelques décennies de moins, aurait sans doute avoué que non, ça ne l'insultait pas trop. La vérité. Une vérité teintée d’intérêt, mais seulement la vérité.

- Tous ce qui a été dit est vrai. affirma Yslaire.

Impitoyablement vrai.

- Des familles ont été déchues et exilée pour des crimes moins sournois. Énonça calmement, lentement Ilm de Treiggel dont les ancêtres avait été des rois. Machinalement, Zorehira se redresse un peu et pose un regard lourd sur l'assassin, mais elle n'esquisse aucun geste malvenu.  Mon mandat en venant ici n’était pas de rendre justice, malheureusement. Et chacun pu entendre le regret vibrer dans sa voix grave. Zorehira détourne le regard. Je suis venu pour attester de la médiation du conflit et pour prendre les mesures nécessaires pour que ses termes en soit respecté.
- Je propose d’acheter la paix. Fit George Daee.
- Une apparence de paix, précise le Serpent en caressant l'air d'une main gracieuse.

L'idée semble tout à fait adéquate. Elle était même prête à faire l'accolade à Jinx, sans lui faire mal, pour prouver sa bonne foi. Enfin, d'aussi bonne foi que peut l'être l'Aïeule de la Chimère qui vient de proposer une apparence de paix.
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 204
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   19.03.17 10:11

Dans le mur, Muelle eut un doute, elle se retourna et échangea un regard avec son frère. Phil serait chroniqueur; il n’était ni un aîné, ni un cadet. Il ne serait pas libre mais il serait libre d’exercer sa fonction de chroniqueur comme il l’entendait. Un pan d’histoire se jouait là derrière ce mur. Et les reflets de détresse dans les yeux d’or de sa petite sœur l’alarmaient. Les Djins sont sensibles aux émotions humaines et sa réaction montrait qu’elle ressentait quelque chose qu’il ne percevait pas clairement au-delà du malaise.

La peur grandit en lui. Phil ne montra pas de réaction immédiate, dévisageant sa petite sœur, puis il revint à la scène qui se déroulait en bas avec une attention accrue.

Ilm et Yslaire échangèrent un regard. Chacun de ces deux scélérats, Daee comme Erweller, savaient qu’il serait forcé de s’incriminer et de dire la vérité dans la maison des Redinems. Pourtant ils ne s’étaient pas défilés, non. Ils étaient venus négocier. Se faisant, ils les impliquaient dans leur tractation. La situation leur échappait. L’initiative venait de changer de main. Ils étaient dépassés par la situation.

- Je propose de souscrire au très ancien système des pupilles. Un enfant pour un enfant.
- Des otages!?! S’étonna Ilm de Treiggel.

Jitanjali plisse les yeux et réfléchit rapidement. Tout ça devient très excitant. Les possibilités s'ouvrent à elle. Zorehira plisse les yeux et fixe Jinx. Xoramen hoche la tête, n'ayant pas l'air de saisir tout à fait ce que ça signifie. Elle a 14 ans, certains aspects de la politique lui échappe.

- Les enfants sont plus adaptables que leurs aînés…
- Plus malléable… complète l'aïeule, ayant soudainement plein d'idées. À ce moment, George Jinx Daee aurait du se méfier de l'apparence de bonne foi de JitanJali d'Erweller.
- Des pupilles que nous éduquerons chacun à notre manière pour le plus grand profit de chacune de nos familles. Xoramen d'Erweller, la chèvre protectrice, tête de la Chimère, deviendra ma fille et fera profiter le sang Daee de ses dons de divinations.
- MOI ? Pourquoi moi? Qu’est-ce que j’ai fait ? s’insurgea la concernée. Oui, en quoi devait-elle être éduquée ? Et elle ne voulait pas être la fille de Jinx, même pas pour 10 minutes. Il y a d'autres moyens d'apprendre, tout ça ne lui dit rien de bon.
-Phil Daee, fils puîné du clan Daee, chroniqueur…
- Non, l’interrompit JitanJali d’une voix douce et posée au calme trompeur. Xoramen pousse un subtile soupire de soulagement. Elle savait bien que Jali ne l'abandonnerait pas à George. Elle fut amèrement déçue. Pas Phil Daee… Votre Cadette; Muelle Daee…

George Daee bondit de sa chaise, tandis que Xoramen devient blanche, encore plus blanche que la normale.

- Ma cadette??? Muelle n’est pas une enfant ordinaire!
- Xoramen non plus… une cadette contre une cadette.
- Prendre Muelle, ce serait priver toute une génération de sa magie ancestrale! Et elle ne vous serait d’aucune utilité, le cadet n’hérite que du pouvoir, il n’a aucune habileté!
- Ainsi les Daees seront impuissants alors que les Chimériennes seront sans défenses… C’est un arrangement juste, il me semble… remarqua Ilm de Treiggel. Jitanjali et Zoreheira esquisse le même sourire. Sourire que Xoramen ne partage pas. Pas en ce moment du moins.
- Ce n’est qu’une mesure temporaire… susurra JitanJali. Nous ne vous demandons pas de sacrifier votre enfant… seulement de nous laisser faire son éducation jusqu’à l’âge adulte… Les cadets servent…
- Quels bons sentiments! Et ensuite, qu’arrivera-t-il? Ma cadette est métisse! Il n’existe personne en ce monde à qui je confierai un djin, le djin de ma famille! Elle est sensible aux émotions humaines, à son environnement!

Jitanjali fait un pas de côté et semble sur le point de répliquer vertement au chef Daee lorsque Yslaire intervient

- Faites un compromis… proposa pragmatiquement Yslaire… Confiez-moi vos enfants. Je les éduquerai et elles apprendront l’une de l’autre…

L'Aïeule plisse les yeux à sa proposition, mais garde les lèvres pincées.



Dans le mur, Muelle bouscula les garçons, leur marchant dessus pour aller s’accrocher aux épaules de son frère. La panique faisait trembler ses mains délicates.

- Phil! Insista sa cadette. Phil il va me laisser ici! Il va me laisser ici en gage de bonne foi! Il va me vendre aux Chimériennes!
- Pier ne le laissera pas faire… Sans toi il est sans pouvoir : l’aîné hérite de tout sauf du pouvoir… Il a déjà attendu une décennie supplémentaire que tu grandisses, sa patience ne souffrira pas d’autres délais.
- Pier a l’habitude de se passer de moi! Tu oublis nos cousins… Il a puisé dans la famille le temps que je grandisse. Papa s’en moque! Ça donne du poids à sa sincérité et c’est tout! Phil, il va m’abandonner ici!
- Peut-être mais non. Pas un djin… Tu es bien trop précieuse.
- Il admire Yslaire, il ne voudra pas perdre son estime.
- Attend! L’admonesta-t-il, en cherchant à lui faire lâcher les revers de son manteau, à l’enfouir dans ses bras, à la calmer de quelques caresses.

Il y eut du remue-ménage dans le mur… Muelle se dégagea et reprit le chemin par lequel elle était venue. Phil fit mine de la suivre mais sans arriver à se glisser à sa suite.

- S’il vous plait! Pria-t-il, S’il vous plait, retenez-là! Laissez moi passer!




- Elles n’oseront pas plus que moi prendre ce risque… clamait Jinx Daee…
- D’accord, accepta joyeusement JitanJali  en adressant à George Daee un sourire victorieux.
- QUOI???? s'écrie Xoramen, d'une voix suraiguë. Elle n'en croit pas ses oreilles, elles vont l'abandonner ici.
- Et qu’est-ce qu’en penserons vos filles? releva Yslaire, le seul à se montrer soucieux du bien-être des enfants dont il avait proposé de prendre la charge.
- Je... commence-t-elle.
- Xoramen, sois gentille et sors quelques minutes.
- Que je sorte ? interroge Xoramen après un bref silence, juste le temps de comprendre qu'il n'y a aucune protestation à faire, la décision est prise.

Xoramen n'a pas le temps de protester que l’autre adolescente poussait la lourde porte de la salle. Muelle fit irruption dans la pièce et s’adressa directement à son père comme si personne d’autre n’était là, complètement focalisée sur l’homme qui aurait dû la protéger:

- Tu vas m’abandonner ici?
- Je vais te confier au Seigneur de la montagne noire… C’est un arrangement politique Muelle…
- Mais…
- Le cadet sert…

Détresse, pure détresse, palpable même à ceux les moins doués d’empathie. Sujet, verbe complément. Une condamnation en 3 mots contre laquelle il n’existe aucune défense pour un Daee. Ilm de Treiggel, doué de la facultée de toujours savoir d'où vient le vent, senti un fort courant les entrainer. Un maelstrom...

Si Xoramen n'était pas si prise au dépourvue, elle aurait sans doute le même air que Muelle, mais Xoramen n'a jamais été abandonnée et jamais elle n'aurait pensé se retrouver dans cette situation. Comment la Chimère peut vivre si une tête est ailleurs ? Comment le trio de sorcière peut-il être fonctionnel et puissant s'il manque l'une d'entre elle ? Mais il semble que cette décision soit sans appel, sa grand-mère est butée et si elle a décidé quelque chose, elle s'y astreindra. Xoramen savait que cette convocation était une situation délicate. Elle savait que ça ne se passerait surement pas très bien, mais elle ne pensait pas qu'elle serait le prix à payer. Rester ici ? À la Montagne Noire ? C'est si sec ici...

- Le cadet sert? Le cadet est un esclave qu’on exploite et qui fait l’objet de marchandage pour que l’aîné atteigne ses objectifs… répondit-elle avec fiel.
- Muelle, ne soit pas butée…
- Je vais te dire ce que j’en pense, bien que tu ne m’ait pas consulté… Si tu me laisses ici… Au terme des 5ans, je ne te reviendrai pas. Le père et la fille s’affrontèrent du regard.
- Vous êtes certain de votre choix Jinx? Intervint Ilm de Treiggel, conscient de la gravité de ce qui s’était dit.
- Elle aura bien le temps de se raisonner, elle est intelligente… Les djins ont des émotions imprévisibles… Elle est troublée et en colère, je perdrais mon temps à essayer de la raisonner. C’est une enfant difficile, s’excusa Jinx à Yslaire, comme si sa fille n’était pas là.

Yslaire se remémora leur présentation. Son attitude avait montré du cynisme, de l’ironie, l’air bravache. Elle avait suivi la conversation sans dire un mot son regard d’or attentif mais indifférent. Oui, Muelle pouvait être difficile, très difficile, il n’en douta pas. Elle sorti en claquant la porte, la rage de cette frêle adolescente ébranlant les murs.

La menace de la jeune Muelle est virulente et vibrante de vérité. Xoramen serait presque du même avis qu'elle. Elle serre la mâchoire, parce qu'en même temps, elle saisit la stratégie de son aïeule. Cinq années... bien qu'elle essaie de rester droite et digne, Xoramen frémit d'indignation. Sa respiration se fait plus apparente, elle se retient.



Robin suivit Phil, Fabre aida Merle à se rétablir et les suivit également. Seul Arch reste en arrière à observer la scène, indécis là où ses frères ainés avaient déjà pris parti. Les Daees comme les d'Erwellers n’étaient entrés dans leur vie que récemment, en outre, ils étaient profondément différents, tant par leur personnalité que par leur éducation. Ni Robin ni Fabre n’avaient hésité un seul instant avant de répondre à la prière de Phil Daee.

Claquant la lourde porte derrière elle, Muelle vint buter contre son frère. Phil tressaillit lorsqu’il vit les joues trempées de larme de sa sœur. Il resta cependant sans voix devant sa détresse, incapable de la réconforter d’aucune manière. Elle le repoussa alors avec énergie et s’enfuit en courant dans les couloirs de la forteresse qu’elle ne connaissait pas. Phil détourna le regard. La trahison lui dévorait l’esprit. Il ne pouvait rien pour renverser la décision de leur père, pour abolir les accords qui avaient été pris.

Xoramen, parce qu'on lui a demandé de sortir, emboîte le pas de Muelle, tentant de la rattraper sans courir. Elle arrive trop tard à la porte et manque de la prendre en pleine figure. Se reprenant, le plus dignement possible, elle fait jouer de sa délicate musculature pour ouvrir la porte toute seule et sort enfin de la salle. Phil alla directement à la rencontre de la sorcière des marais qui se glissait hors de la pièce. Xoramen? L’autre jeune fille. Une tête de la chimère, Elle ne pouvait pas être si terrible, n’est-ce pas? Elle semblait avoir le même âge que sa sœur. Elle se méfie des Daee, ça se comprend, mais pourtant, lorsqu'il la saisit par les épaules, elle ne tente même pas de se dégager.

- Il l’a fait? Il l’a vraiment fait? questionna-t-il affichant une réelle inquiétude.

Oui, il l'a fait.

- Ils l'ont tous fait, informe-t-elle d'un ton lugubre, signifiant par la même occasion qu'elle n'est pas plus contente que Muelle de la situation.

Évidemment qu'ils l'ont fait, c'est politique. Et pis ouais, ils l'ont fait. Muelle n'est pas la seule à ne pas être ravie d'être abandonnée ici. Ça ne plaît pas à Xoramen d'être ici et encore moins de devoir y rester. Mais peut-être est-ce parce que sa réaction n'est pas aussi hystérique que celle de Samuelle que personne ne s'occupe de ce qu'elle en pense elle ?

La porte s’ouvrit, buttant contre les deux indiscrets, et livra passage à Pierre et Morgane. Phil se déporta rapidement pour laisser le passage livre à son aîné et attirant la sorcière à lui dans un geste curieusement protecteur.

- Phil! Qu’est-ce que tu fais là! le sermonna son aîné, son regard glissant sur les mains de son frère posée sur les épaules de la sorcière. Phil la relâcha immédiatement.  L'attitude de Pier est bien différente de celle de Phil et Xoramen s'en méfie d'autant plus. Aux premiers mots de Pier, Xoramen pose sur lui un regard noir et lève le menton, d'un air de défi. Difficile d'impressionner une sorcière d'Erweller. « Où est Muelle? »
- Partie par là… répondit-il en indiquant du menton la mauvaise direction.

Pier eut un reniflement méprisant et prit la direction désignée, martelant le sol de ses bottes avec une colère contenue. Sitôt son frère hors de vue, Phil se retourna vers Robin, Fabre, Morgane et Xoramen :

- Il faut la trouver avant lui. Aidez-la… Aidez-moi, je l’ai trahie, je lui ai juré que rien ne lui arriverait de mal…

Et il s’élança sur les traces de sa sœur dans une forteresse qu’il ne connaissait pas. Xoramen plisse le nez. Ah bon ? Parce que c'est mal ce qui leur arrive ? Eh ben... ça s'annonce mal ces années d'adoption. Mais pourtant, elle suit Phil sans hésiter. Elle sait pourquoi elle va devoir rester ici. C'est politique.


Dernière édition par Inimaginable le 25.03.17 11:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   19.03.17 20:33

Peut-être parce que Phil a l’habitude de porter attention aux émotions de sa petite soeur et même d’appréhender tout ce qui pourrait la heurter, Phil reconnaît le mécontentement de la Chimérienne. Elle est la chèvre protectrice des Erweillers et ses connaissances de chroniqueur sont assez étendues pour qu’il n’ignore rien de ce qu’elle est. Pourtant lorsqu’il la prend par la main, elle peut sentir une douce pression de sollicitude sur ses doigts, comme s’il cherchait à lui transmettre, sinon du courage puisqu’elle n’en avait pas besoin, au moins de l’empathie pour ce qu’il lui arrive. Il l'entraîna à sa suite.

Merle ne mit qu’un instant à la retrouver… Non seulement il était chez lui, mais la métisse était désorientée et perdue, son esprit dévasté louvoyant dans les décombres de son univers. Tout ce qui l’entourait n’était qu’une somme d’inconnu affolant. Glacée et désespérée, privée de la chaleur de son cercle, seule et sans personne pour la sauver. Jinx Daee l’avait déraciné sans soupçonner l’amplitude du mal qu’il lui infligeait. Un djinn a besoin de liens de nature humaine pour parvenir à s’ancrer dans la réalité. Son propre sang l’avait trahie, rejetée.

Muelle était entrée dans la forteresse accrochée à la taille de son frère. Elle s’était ensuite tenue dans l’ombre de son père et s’était laissée guider par ses frères. Elle s’était montrée effacée et docile. Disciplinée. L’adolescente qui interrompit sa course lorsqu’elle croisa sa route n’avait rien de discipliné. Sa nature profonde était révélée; lumineuse et ardente.

Un instant de doute et elle le reconnut. La peur aurait dû lui dicter la fuite. Pourtant son agressivité fit surface.

« Ne t’approche pas de moi! Nul ne va me retenir un instant de plus dans cette demeure! » fit-elle en forçant le passage, le bousculant comme si elle avait l’habitude d’être entravée.

Il faisait nuit dehors et hors des cercles de lumière entretenu par les feux, les ombres rôdaient. Plus loin dans l'escalier duquel Muelle avait émergé, on entendait des pas.

Merle bousculé n’eut qu’à étirer un bras maigre et s’abaisser pour l’enlacer l’étreindre et la retenir. Sa détresse le touche mais Merle n’est pas le genre d’homme à se laisser émouvoir. Là où Morgane expose ses sentiments à livre ouvert, Merle à l’habitude de les cacher et de les refouler. Il veut l’aider, même si elle ne veut pas être aidée et il y mettra la force et la brutalité nécessaire. Merle ne sais pas charmer, amadouer…  Il l'enserre jusqu'à ce que ses côtes craquent légèrement et se sert de ses efforts pour se délivrer pour la déséquilibrer et la traîner ailleurs.

- Ssssssh fit-il pour la calmer. Ton frère te cherche et il est pas en état de s’expliquer.

Les bruits de pas dans l'escalier se font entendre. Il ne prend pas la peine d’essayer de la raisonner. Il la traîne dans un recoin sombre et mal éclairé et s’y cache avec elle, lui plaquant une main sur la bouche.

Elle se débattit avec vigueur à défaut de technique et capitula finalement par un « Humpf! » conquit alors qu’elle associait sa capacité à respirer au fait de rester silencieuse. Une première troupe passa sans les voir puis le brouhaha décru. « Lequel de mes frères? » murmura-t-elle d’une voix étouffée. Parce que les deux devaient la chercher. Pour des raisons différentes. « Parce que je vais te dire une chose, je suis en colère, moi aussi… » gronda-t-elle au moment où une deuxième troupe s’approchait, la démarche plus légère, moins martelée. Se coulant contre sa hanche, Muelle se dégagea laissant Merle tenant son long manteau de laine.

« Muelle! » s’exclama Phil d’un ton soulagé.

Il laissa la main de Xoramen et ouvrit largement les bras à sa petite sœur, lui proposant une fois encore un rempart contre l’adversité. La métisse s’y précipita, pour l’étendre d’un vif coup de poing à la mâchoire.

- Att... commence-t-elle avant de fermer douloureusement les yeux.
- Aïe! Mais qu’est-ce qui te prend?

- Je n’ai jamais eu la moindre difficulté à envisager leur trahison, je connaissais leur inclination, je savais à quoi m’attendre, je l’attendais. Mais ne me fais pas croire qu’un chroniqueur ignorait ce qui allait se passer!lui hurla-t-elle parce qu’elle se fichait éperdument d’ameuter toute la forteresse.

Muelle se jeta dessus, grimpant à califourchon sur son frère, lui pétrissant les côtes de ses poings. Phil essaya d’esquiver les coups mais il était réticent à utiliser la force sur son adversaire. Xoramen étendit la main à quelques reprises, cherchant un angle pour intervenir, mais pouvait-on vraiment intervenir dans un affrontement fraternel de la sorte ? Elle n'a ni frères, ni soeurs pour le savoir. Enfin, maintenant si, mais on ne lui avait rien expliqué encore.

- Il n’y a aucune chronique sur les djinns! se défendit-il, Et de toute manière, ils n’ont jamais été des cadets!

C’était visiblement la goutte qui fit déborder le vase. Il venait d'établir, devant tout ce beau monde, que non seulement même pour lui, sa petite soeur était différente, mais en plus il établissait que sa position dans l'échelle de l'humanité était inférieure à la sienne.

- Je ne s-e-r-v-i-r-a-i pas!

C’est alors que la première troupe revint sur ses pas, attiré par le remue-ménage. Fabre et Morgane, nulle trace de Pier. Ils trouvèrent Xoramen, immobile, les mains sous son menton, observant la scène ne sachant pas du tout quoi faire. Morgane se porta au secours du jeune homme, soulevant Muelle pour lui permettre de se relever, il enroula ses bras autour d’elle, exactement de la manière qu’avait usé Merle un instant plus tôt. Il l'amadoua finalement. Parce que peu de gens sont suffisamment entêté pour résister au charme de Morgane Redinem.

- Xoramen? fit-il familièrement, d’une voix douce comme pour ne pas perturber le calme apparent des différents protagonistes, Pouvez-vous l’accueillir dans vos appartements? Juste le temps qu’on mette les choses à plat? Vous êtes la protectrice et nous avons besoin d’aide…
- Je... ne suis pas certaine que c'est une bonne idée, pense-t-elle, mais elle ferme la bouche et hoche la tête. D'accord... viens, Muelle, dit-elle en tendant la main à la jeune Daee, qui a tout de même presque son âge.

Morgane fit faire demi-tour à Muelle, et la poussant devant lui, lui fit emboîter le pas à la sorcière. Fabre et Phil se séparèrent du groupe pour nuire aux recherches de l’aîné des Daees et Morgane fit mine de les suivres : « Merle? Peux-tu t’assurer que tout se passe bien pour elles? » le sollicita-t-il parce qu’il ne leur faisait pas confiance.

S'éloignant rapidement, Xoramen entraînant Muelle dans les appartements qu'elles ont choisit. Elles marchent en silence un moment, puis Xoramen se retourne, sans cesser d'avancer, ou plutôt en reculant, faisant claquer ses jupons colorés.

- Si ça peut te rassurer, je suis voyante et je suis pas mal douée habituellement... mais je ne l'ai pas vu venir celle-là... ça ne me plaît pas, à moi non plus, qu'on m'abandonne ici... c'est... si sec ici, confie-t-elle à sa co-condamnée.

Oui, parce que c'est presque ça. Leur famille se disputent et les deux cadettes doivent en subir les conséquences... elle atteignent les portes des appartements des D'Erweller et Xo entre sans frapper.

- Jali ? Zo ? Elles ne sont pas encore là... tant mieux... entre Muelle...

Xoramen referme la porte, non sans voir Merle les suivre dans le couloir. Elle se dit qu'il va frapper pour entrer. Xoramen entre dans la place et s'empare d'un châle coloré, qu'elle jette sur ses épaules. Elle prévient également que Merle est à la porte. Muelle s'y dirige tout de suite et le fait entrer.

Il n'y a pas de feu dans la cheminée. Il n'y en a pas eu depuis longtemps, mais Xoramen n'a aucune intention de l'allumer. C'est pas elle qui va l'allumer. Les sorcières des marais ne sont habituellement pas très prompte à accueillir des gens chez elles. En fait, elles n'ont pas vraiment de chez elles, elles sont toujours en déplacement.

- Alors tu ignorais ce qu’ils allaient faire? questionna-t-elle. Xoramen sentit toute l’importance de la question. Une question à 180 degrés.
- Je pense que tout le monde l'ignorais avant que Yslaire le propose et que Jali accepte. Je crois pas que ton père ait eu trop le choix... répond Xoramen.

Jali et Zorehira entrèrent sur les entrefaites. Si l’aïeule, étonnée, s’immobilisa sur le seuil de la pièce, la mère ne perdit pas un instant de réflexion avant de réagir. Elle referma rapidement la porte donnant sur le couloir et s’y adossa en souriant à Merle. Xoramen remarque tout de suite le regard avide de sa mère, mais elle ne bouge pas. Zorehira n'agit que rarement sans l'accord de l'aïeule et pour le moment, elle reste contre la porte. Tout va bien.

- Bonjour… salua tristement la métisse…
- Bonjour! Lui répondit Jali avec effusion, glissant gracieusement vers elle comme pour ne pas l’effaroucher. Oh mais vous êtes encore toute retournée par nos arrangement de tout à l’heure? Venez, assoyez-vous, là… fit-elle, la guidant avec une poigne de fer. Un thé? Proposa-t-elle et sans attendre de réponse, elle pria sa petite fille : Xoramen chérie, soit gentille et prépare le thé  pour tes nouveaux amis…

Puis comme demandé par Jali, Xoramen va préparer le thé. Elle doit se résoudre à allumer un feu, mais elle le fait tout petit, juste assez pour chauffer l'eau. Heureusement, l'eau fera de la vapeur. Zorehira et Xoramen observent toutes les deux l'aïeule faire son numéro. Mais la mère et la fille n'ont pas les mêmes raisons d'observer attentivement la scène.

La vieille avait glissé son bras sous celui de Muelle. Un geste légitime chez une vieille personne. Elle avait également enchevêtré ses longs doigts crochus aux siens et lui caressait doucement le bras de son autre main. Un contact curieusement apaisant, plein d’une chaleur réconfortante et presque soporifique. Muelle essayait de fixer son attention sur ce qu’elle disait, en vain. Jali avait rapproché son visage de celui de Muelle, cherchant son regard d’or liquide, et lorsqu’elle le trouva, Muelle se trouva incapable de bouger, comme fascinée sous l’œil d’un serpent. Un serpent au regard sombre voilé de cataracte. Très lentement, elle retourna sa main, paume vers le haut et étendit ses doigts un à un…

- Je peux te lire la bonne aventure tu sais… Voyons ce que l’avenir te réserve à la Montagne Noire. Tu verras, ce sera certainement rassurant pour toi… Et puis tu ne seras pas seule, notre Xoramen bien aimée sera avec toi !

Et sans cesser de la tripoter, de l’ongle de l’index, elle suivit les lignes de sa main caramel. Les voiles du temps se soulevèrent pour JitanJali d'Erweiller. La confusion envahit son esprit. La destiné de chaque être humain est régit par une loi temporelle : Faire des choix dans le présent en se projetant dans l’avenir et en se basant sur son passé. Mais Muelle n’est pas parfaitement humaine. Le djinn est un alf de la nuit. Même si son destin et sa liberté de choix sont aussi soumis à la loi du temps, le passé de Muelle, sa richesse et son héritage de pouvoir l’aveugle. Impuissante, inapte à se projeter dans le futur, Jali dérive, incapable de s’ancrer dans le présent de Muelle. Elle se crispe sur la main caramel de la métisse, laissant échapper une plainte alors que ses pupilles se dilataient d’horreur. Zorehira s’interposa, déliant l’étreinte de Jali sur la métisse pour leur mettre respectivement une tasse de thé dans les mains.

- Du sucre?? suggéra-t-elle nerveusement, en cassant un bloc en petit éclat qu’elle laissait tomber en abondance dans la tasse de Jali.

Muelle gouta distraitement le breuvage et fit la grimace, n’appréciant pas l’amertume de l’infusion. Un peu étourdie, elle essayait de se résoudre à retenter l’expérience ou peut-être à demander du sucre? Xoramen cède une tasse à Merle avant de prendre la sienne et de poser celle de Zorehira à côté. Puis on frappe à la porte.  Aussitôt Xoramen remplace Zo près de l'aînée et la mère se dirige vers la porte, qu'elle ouvre toute grande.

- Quoi ? Oh, Pier, quelle bonne surprise, dit-elle sur le même ton utilisé pour affirmer que ça l'air tout à fait délicieux lorsque que l'un des haut gradé d'une tribu primitive vous offre un bol de cervelle de singe.

Pier Daee. Jeune homme dans un long manteau de laine feutrée noire. Sorcier. Servant. Ainé. Pier allait entrer dans son héritage lorsque sa sœur était née, rompant ainsi les liens qu’il avait forgés avec Phil. Il avait dû attendre près de 10ans supplémentaires avant de tâter du pouvoir de sa cadette. Un délai mal venu pour un homme au cœur ardent. Un certain ressentiment et cette différence de maturité tout autant que leur différence de nature avait graduellement envenimé leur relation. Pier et Muelle ne pouvait se supporter l’un l’autre, se tolérant à grande peine. Pier Daee était en parfait contrôle de lui-même et certainement pas d’humeur à se faire renvoyer comme un malpropre.

Morgane et Robin apparurent à la droite de Pier Daee. Robin eut un haussement de sourcil plein d’éloquence. La diplomatie pouvait beaucoup mais il fallait une mesure de bonne volonté. Et c’est le moment où Muelle choisie de le bousculer pour la deuxième fois de la journée. Se glissant sous son bras, elle repoussa Zorehira et se planta devant son frère.

Ils s’affrontèrent du regard. Il existe un lien entre les enfants d’une famille. Un lien qui subsiste au-delà des regrets, de la haine, de la rancœur, de l’amertume et même après l’impardonnable, même après l’inexcusable… Comme un ridicule espoir…

Les yeux de Muelle s’étrécirent méchamment.

- Tu entends ma voix? Je suis venue jusqu’à toi par ma propre volonté. Parce que parmi les ombres, je n’ai pas de nom. Je me souviens de tout ce que tu m’as promis et j’en ai conçu de l’espoir, je l’admets volontiers. Je suis sortie des ombres pour me dévoiler devant toi, pour partager ta route, pour t’appeler par ton nom. » C’était une offre terriblement généreuse de sa part. Ceux qui en étaient témoin ne pouvaient que le deviner. « Retient-moi. Bats-toi pour moi. » le défia-t-elle parce qu’elle avait déjà perdu la partie et qu’elle avait renoncé à la victoire.
Il est trop tard pour te soumettre aux rites de passage. » Pier Daee saisit Muelle par le poignet et d’une secousse l’entraina à sa suite.   La métisse le suivit docilement hors de la pièce.

La tasse de porcelaine roula au pied des Chimériennes. Zorehira la ramassa, un pli entre ses sourcils marquant sa désapprobation, mais elle n'allait pas s'en mêler.

Muelle n’avait pas réellement provoqué la bagarre… Il l’avait cherché… It has to start somewhere, it has to start sometimes. What better place than here, what better time than now?

Pier enserrait son poignet dans sa main. Et puis il fallait être honnête… Plus tard elle admettait volontiers que ça tombait rudement bien… Personne n’essayait vraiment de tuer personne mais Muelle avait une idée toute personnelle de ce qu’on pouvait se permettre dans ces circonstances. Elle avait été abandonnée et trahie.

D’une secousse, elle se libéra et le força à lui faire face. Pas bien longtemps. Elle frappa avec franchise, malicieusement avec la rage et l’aplomb de celle qui refoule sa frustration depuis longtemps. Elle lui envoya un méchant coup de pied dans l’articulation du genou et entretissant les coups paracheva son œuvre en visant l’entrejambe.

Dans la cohue, on entendait surtout la voix de Muelle, son fort accent de la steppe facilement reconnaissable. Muelle se vidait le cœur, faisait preuve d’une imagination et d’une créativité intéressante dans le choix d’invectives qui ponctuait ses coups. Robin et Morgane se précipitèrent : Yslaire n’allait pas aimer ça…

« Muelle! NON! »
« Salaud! Espèce de profiteur esclavagiste! Je vais te faire regretter ça! T’as rien pour toi, t’as aucun pouvoir et tu dépends entièrement de moi! La seule chose qui surpasse ton orgueil, c’est ton avidité! »

Elle était en colère… Il y avait longtemps quelle n’avait pas eu l’occasion de se mettre en colère… On ne la laissait jamais se mettre en colère…

« Je ne t’appartient PAS! »

À la périphérie du cercle de cette mêlée se tenait Fabre. Il saisit l’occasion qui se présenta et maîtrisa la métisse en lui tirant les bras dans le dos.

« ARGL!! »

Morgane essaya de tempérer les choses alors que Pier se relevait péniblement, aidé par Robin.

« Ça suffit! Ce comportement est indigne de vous! Tenez-vous mieux! »

Et alors qu’elle était sans défense, Pier envoya une claque magistrale à sa petite sœur, ce genre de choses qui gifle et qui pince. Son geste fit s’étioler toute forme de retenue chez Robin. Ses poings se refermèrent inconsciemment alors que la reconnaissance de l’envie d’en découdre se faisait en lui. Frapper, un exutoire inespéré.

« On ne frappe pas les filles! » hurla-t-il en empoignant l’homme qui avait abusé de sa nouvelle soeur…

La situation dégénéra jusqu’au moment où croyant atteindre son ainé, Muelle frappa Morgane à la pointe du menton. Un coup auquel elle avait transmis toute la violence de ses émotions, frappant avec une force décuplée.


Dernière édition par Inconcevable le 20.03.17 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 204
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   20.03.17 5:31

- Alors? Fit Zorehira dans le calme retrouvé de la chambre…
- Elle est imprévisible…
- C’est à dire?
- Son avenir est impossible à connaître parce qu’elle ne s’appuie pas sur son passé pour faire ses choix dans le présent… Le sang l’aveugle…
- Je ne comprends pas…
- Elle non plus… Elle est complètement imprévisible… Son destin est un Chaos…

Jali porta sa tasse à ses lèvres et fit la grimace… D’un geste dégouté elle la rendit à Xoramen. La mort… Jali n’osait pas partager son opinion avec les deux autres… L’avenir du djinn vacillait entre la vie et la mort…

Xoramen? Use de tes dons pour trouver lequel de ces jeunes hommes est le plus susceptible de te servir… »
- Le plus faible…
- Pas nécessairement… Fouille leur destinée et choisi bien… Il te faudra un allier et de l’aide pour lui voler ses pouvoirs…
- La magie des Pierres ou la magie du djinn ?
- Les deux…

Xoramen acquiesça de la tête…

- Une Pierre deux coups…

Avant de la quitter, l’aïeule fit une dernière recommandation à la fille :

- Un djinn a besoin de chaleur humaine… Mais au-delà de toute chose, il a besoin de la chaleur humaine de sa famille… Sans elle, Muelle va décliner et s’affaiblir... Sois une sœur pour elle, laisse-là s’attacher à toi…
- Ce sera facile, nous sommes les deux seules filles, dit-elle d'un ton enjoué, détaché, avant d'entendre Robin déclarer qu'on ne frappe pas une fille. Une fraction de seconde plus tard, Xoramen est sur ses pieds et elle se dirige vers la porte.

- Tu fais quoi ?
- Je vais défendre ma soeur, lance-t-elle sans se retourner et en nouant ses longs cheveux noirs aux reflets bleutés. Elle se rue vers la bataille qui bat son plein.
- Tu ne la retiens pas ?
- Non, non. Surtout pas.



Xoramen marque un temps d'arrêt pour faire le point sur la situation. Son objectif, la libérer et attirer son affection, donc son objectif, Fabre, qui retient Muelle. Elle devait devenir proche de Muelle, eh bien ça allait commencer comme ça. Et elle ne pouvait pas non plus ignorer la loyauté féminine et se mettre du côté des garçons. Deux filles, deux soeurs, parmi les garçons, elles devaient se serrer les coudes. Dans un froufroutement de jupons, elle se précipite, sautant avec agilité par-dessus Morgane, au sol, sonné par le coup porté par Muelle. Personne pour la contrer, puisque Robin et Hale s'acharnent sur Pier. Fabre se retrouve donc seul face à elle et devant lutter avec une Muelle qui tente de se libérer. Elle s'approche et lui assène un rude coup de poing dans l'épaule. Il lâche Muelle lorsqu'elle lève le poing une seconde fois et il lève les bras pour de protéger le visage. Manque de bol, Xoramen ne visait pas le visage, elle est trop petite, elle vise à sa hauteur. Elle lui envoie son poing en plein abdomen et elle le pousse ensuite de toute ses forces. Et ça marche, se réjouit Xoramen avec bonne humeur. Elle n'a pas l'occasion d'être offensive très souvent. Elle se retourne vers Muelle, souriante.

- On va avoir des ennuis, s'exclame-t-elle avec trop d'enthousiasme. On dégage ? demande-t-elle en lui tendant la main.

Se trouvant libérée, Muelle se calma subitement, la pression sur son esprit se retirant comme une vague, la laissant échouée et sans force. À la suggestion de Xoramen, elle resta interdite un instant, parce que les Daee n’ont habituellement pas la possibilité de se soustraire à la chronique. Mais ils n’étaient plus dans la steppe ici. Muelle saisie la main de Xoramen pour l’entrainer avec elle et fit volte-face pour littéralement se jeter dans les bras d’Yslaire. Avoir eu les mains libres, elles auraient pu se faufiler, mais la solidarité a un prix.

- Vous, restez-là vous deux… fit-il avec autorité. Merle! Tu le lâche, maintenant. Robin, ramasse Morgane… Fabre, est-ce que ça va? Fit-il en passant devant son fils avant de reporter tout son attention sur Pier Daee. Avec sollicitude, il tendait les doigts pour palper les blessure de l’aÎné des enfants Daee. Pier réagit en le repoussant agressivement. Yslaire n’insista pas, se contentant d’appeler d’un ton très neutre : Phil? Aidez votre frère à regagner l’appartement dédié à votre famille.

Phil se glissa sous l’épaule de son aîné pour l’aider à se supporter et à marcher. Il n’avait pas manifesté sa présence jusqu’alors.

- Muelle, vient! ordonna Pier d’une voix pâteuse.

Aussitôt les doigts de Xoramen resserrent leur prise sur Samuelle, mais lorsque celle-ci la relâche, elle n'insiste pas. Muelle, piteuse, relâcha la main de Xoramen qui serre les poings et fit mine de les suivre au moment où Yslaire s’interposa à nouveau.

- Muelle, je vous ai dit de restez là. Je n’en ai pas fini avec vous. Fit-il d’un ton qui laissait entendre que c’était le dernier avertissement. L’adolescente se figea, pas habituée à ce que quelqu’un d’autre que son ainé lui donne des ordres.Muelle et Xoramen sont passée sous ma tutelle ce soir et c’est désormais à moi qu’elles obéissent.

Xoramen ne peut s'empêcher de grimacer. Les sorcières n'obéissent qu'à elles-mêmes.

- C’est ma cadette! Articula Pier avec hargne.
- Pier… s’interposa son frère devant la violence de sa possessivité.
- Plus maintenant. Il fallait la réclamer lorsque votre père a conclu l’échange. Maintenant elle est ma pupille.
- Vous l’encouragez à s’opposer à moi?
- Non, Mais j’use de mon droit.

Les deux hommes s’affrontèrent et si Pier aurait voulu s’interposer encore, Phil eu la sagesse de l'entraîner à l’écart. Personne ne faisait attention à lui de toute manière.

- Pas étonnant que vos seuls alliés ait toujours été les Lautrel. Je vous la laisse, et je vous souhaite bien du plaisir : Elle est imprévisible, elle triche et elle ment. Elle fera obstinément toujours le contraire de ce que vous allez lui demanderez. cracha-t-il avec fiel.
- Pier! Ces gens sont nos hôtes…
- Pour l’instant, elle fait exactement ce que je lui ai demandé… souligna Yslaire Redinem.

C’était hasardeux de faire ce genre de remarque. Parce que si Pier Daee n’était pas un chroniqueur, Phil en deviendrait un. Il est dangereux de contrarier des hommes qui dressent les livres d’histoire. Phil termina d’entrainer son frère à l’écart et celui-ci repoussa bientôt toute l'aide que celui-ci eut pu lui apporter puisque Phil, encore une fois, avait prit la défense de leur petite sœur.

- C’est vrai ça? Vous ne me forcerai pas à lui obéir? fit Muelle

Yslaire dévisagea la métisse un instant, soupesant ce qu’elle venait de dire. La vérité sincère.

- Je ne te forcerai à obéir à personne. Mais je m’attend à ce que tu m’obéisse à moi. Je suis ton tuteur et d’ici 5ans tu seras libre de n’obéir qu’à toi-même, lui promit-il.
- D’ici 5ans je serai majeure selon vos coutumes… Mais je pourrais l’être dès maintenant si je l’avais voulu. Je n’ai qu’à passer les rites de passage.
- Oui, et il doit y avoir une excellente raison pour laquelle tu ne l’as pas fait, n’est-ce pas?
- Parce que je serai devenue une adulte mais je serais aussi devenue la source de pouvoir de Pier.
- Et tu n’es pas assez confiante en sa nature pour lui donner d’avantage de pouvoir qu’il n’en a déjà. Qui sera son cadet maintenant?

La métisse resta un instant silencieuse… Réfléchissant à la manière dont elle allait mentir.

- Ce sera toujours moi sa cadette. Avec moi que les liens seront les plus fort et les plus naturel. C’est mon pouvoir qu’il a appris à modeler. Il n’y renoncera jamais. Mais Pier apprendra à soutirer le pouvoir de quelqu’un d’autre. Il parasitera un autre cadet pour le servir comme il l’a déjà fait lorsque j’étais trop petite pour le servir.

Ce n’était pas la stricte vérité. C’était vrai, mais elle lui cachait quelque chose. Et Yslaire Redinem était un homme trop fin pour exiger qu’elle lui révèle de qui elle subissait l’influence. Parce que cette enfant fantasque n’obéissait ni à son père ni à son ainé. L’influence qu’il devinait était lumineuse. Il n’insista pas. Parce que personne ne pourrait blâmer quelqu’un de nuire à Pier Daee.

- Fabre, au rapport…
- C’est-à-dire que…
- Un rapport ne commence pas par des hésitations.

Morgane et Fabre échangèrent un regard.

- Si vous permettez?
Yslaire poussa un soupir.
- Morgane, bien que tu sois indubitablement le leader de cette troupe, tu ne lui rends pas service en répondant pour lui d’une situation qui lui est inconfortable…

Il était difficile de dire s’il s’agissait là d’une réprimande ou d’un conseil… Seul le ton d’Yslaire donnait une impression de lassitude, comme si l’avertissement avait déjà été donné auparavant. Fabre prit donc la parole.

- Muelle est ressortie de la salle des cartes en colère et elle est allée se perdre… Phil, à la porte, a envoyé Pier Daee dans la direction opposé et nous a demandé de l’aider à retrouver Muelle le premier. C’est Merle qui l’a trouvé mais quand elle a vu son frère, elle lui a tombé dessus. Alors Morgane a pensé les séparer en demandant à Xoramen de la cacher chez elle. Merle les a accompagné. Quand nous avons retrouvé Pier, il a exigé qu’on le mène à sa sœur. Il m’en a fait la requête directe et il semblait assez maître de lui-même alors Morgane et Robin l’on conduit aux appartements de Xoramen… Moi je me suis éclipsé pour trouver Phil. Pier a demandé à sa sœur de le rejoindre et lorsqu’elle s’est approchée de lui, il l’a brutalement saisie par un poignet pour l’entrainer avec lui. On n’a pas aimé ça. Fit-il en prenant les autres à témoins pour justifier ce qui avait suivit. Pas seulement parce que Muelle est maintenant notre sœur mais parce que je crois que tout le monde est d’accord que ça ne se fait pas de traiter qqn ainsi. On aurait peut-être du réagir sur le champ mais…
- C’est sa sœur à lui aussi…
- Voilà… Alors on l’a suivit… Je crois parce qu’on sentait que ça n’allait pas bien se passer…

Honneur, dignité et devoir :  Les gens de la montagne noire. Des guerriers, des protecteurs, des membres de la vieille garde d’honneur. Muelle choisi un silence pour interrompre Fabre et se glisser dans la conversation. Ils la laissèrent faire.

- Je me suis dégagée moi-même de Pier… Il me faisait mal. Et lorsque Phil n’est pas là… laissa-t-elle entendre… il m’aurait fait encore plus mal. Pas volontairement mais… Alors j’ai profité que j’avais l’avantage pour lui rendre les coups qu’il allait de toute manière me donner…
- C’est là que je l’ai maitrisé… Et Robin comme Merle ont voulu en faire autant avec Pier... expliqua-t-il en devenant progressivement avare de détail alors que son rapport devenait confus…
- Xoramen s’est probablement méprise sur la situation quand elle a assailli Fabre pour qu’il me lâche…
- Pas du tout, c’est lui qui te retenait, réplique la sorcière avec obstination. Les sorcières ne se méprennent pas.
- Et qui a assommé Morgane? demanda Yslaire d’un ton clinique.
- C’était une erreur, suggéra Muelle…
- C’était un bel exploit! Ricana Robin. Ça ne s’était pas vu depuis des années.
- Je confirme qu’elle m’a flanqué la pire roustre de ma vie! se réjoui l’ainé des Redinem.

Yslaire soupira de lassitude...

- Muelle, vous devez apprendre, sinon à vous défendre, à servir autrement. Pas à une personne unique mais à une cause à laquelle vous vous dédierez. Je vais donc vous intégrer à la garde avec Merle et pour y parvenir vous devrez apprendre à vous battre. Morgane vous donnera des leçons de rattrapage. Ainsi au terme des 5ans que vous aurez passé ici, vous serez capable de résister à quelqu’un qui voudrait vous tenir sous son joug. Je vais vous apprendre à résister. Parce que Pier Daee ne donne pas l’impression d’être le type d’homme à renoncer. Xoramen, vous avez été solidaire alors vous partagerez le destin de Muelle.
- C’est ce qui nous a été imposé, non ? relève Xoramen avec contrariété.
- Fabre, Morgane, Merle et Robin seront vos mentors. Des questions?

Xoramen se demande qui pourrait avoir des questions. En même temps, Xoramen a toujours vécu dans les marécages, avec deux autres sorcières. Maintenant adoptée par Yslaire, elle se retrouve avec une flopée de frères et une soeur. Et puis les jeunes filles ne sont-elles pas réputés pour être superficielles et prétentieuses ?

- J'aurai ma chambre à moi ? demande-t-elle d'un ton enjoué et plein d'espoir, sautillant et cliquetant tout près d'Yslaire.


Dernière édition par Inimaginable le 25.03.17 13:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts   20.03.17 20:32

Avant toute réponse, Yslaire posa les mains sur les épaules de ses 2 nouvelles pupilles, pour les retenir, et chassa les autres par un « dégagez! » équivoque.  Seul une ombre resta contre le mur, le plus jeune des Redinems. « L’espace est limité ici, vous logerez ensemble… Vous pourrez ainsi mutuellement vous réconforter et vous tenir compagnie. »
- Quel bonheur, se réjouie-t-elle par les mots, mais sans l’enthousiasme.

Il n’avait rien d’un grand seigneur. Il n’avait pas la prestance, ni l’autorité naturelle de ceux qui se savent bien né. Il n’affichait aucune attitude particulière, agissant comme un homme de simple ressource. Il jeta un regard par-dessus son épaule, s’assurant que tout le monde ait vraiment dégagé le terrain comme il l’avait ordonné. « Permettez que je vous présente mon fils préféré : Arch… » L’adolescent fit un pas pour se rapprocher, longeant le mur, timidement. « Arch n’est pas un guerrier. Il n’en sera jamais un… » énonça le père sans l’ombre d’un regret.
- Un autre petit frère, s'extasie-t-elle avec juste assez d'entrain pour que ce soit vrai.

Arch semblait avoir 10 ou 12 ans… Il souffrait des maladresses de l’adolescence. De constitution malingre, il semblait fait tout en longueur. Il partageait avec Morgane sa carnation pâle mais c’est à Halewyn qu’il ressemblait le plus, ayant les cheveux noirs et les yeux plus gris que bleu. Il se montrait timide et souriait peu. On le trouvait habituellement de mauvaise compagnie et il ne faisait aucun effort pour se montrer agréable. Observateur, silencieux et préférant la compagnie des livres de la bibliothèque. Il était dispensé de formation militaire et semblait toujours avoir une bonne excuse pour s’éclipser de ce qui constituait la routine des autres habitants de Haute-Pierre.  Pourtant dans son visage brillaient des yeux clairs enfiévrés d’intelligence.
Précisait-il le gamin somme son préféré parce qu’il était le plus petit, donc le plus faible du coup celui à protéger ? Xoramen hoche la tête, sans se départir de son sourire. Elle pose un regard qui semble ravi, mais il n'en reste pas moins qu'elle juge le gamin de manière flagrante.

« Et si les garçons vous aiderons à vous intégrer à la vie du Cercle de Haute-Pierre, Arch vous en expliquera les subtilités.
- Vous n’êtes pas humaines…

Il avait parlé au pluriel… Il y a un éclair courroucé dans le regard graphite de Xoramen quand elle comprend que l'affirmation vaut pour les deux, mais elle se reprend aussitôt et accentue son sourire.
- Subtilités, hum ?
- Ni l’une, ni l’autre… acquiesça Yslaire.
- Je suis une sorcière des marais, précise Xoramen avec l'aplomb de celle qui veut faire croire que les sorcières sont une race à part.
- Le don de ma lignée est de départager la lumière de l’ombre, le vrai du faux. C’est chez Arch qu’il est le plus fort. Mes fils et moi savons quand vous mentez, fit-il en cherchant le regard de Muelle.Nous savons également quand vous finassez et jouez la comédie… fit-il en cherchant le regard de Xoramen.

Et il le trouve. Une ou deux secondes, le temps de saisir que cette partie s'adresse à elle et elle lève sur Yslaire un regard brillant et elle bat des paupières de l'air le plus innocent qu'elle peut prendre. Mais par défaut, les sorcières ne sont pas innocentes, tout le monde le sait.

- Alors je vous encourage à un peu plus d’honnêteté… Si vous en êtes capables... Aux vues de vos univers respectifs...
- Oui... bien sûr répond-elle avec son ton suave habituel.

Une perceptible pression des doigts en guise d'encouragement et Yslaire les relâcha. Il eut un hochement de tête entendu avec son cadet et se retira avec une solennellité authentique.

- - Vous savez, on se rend vraiment compte quand vous mentez… l’averti Arch d’un ton sentencieux et supérieur. À votre place, je n’attendrais pas qu’on me reproche encore une fois mon manque de franchise.
- Ça ne sert à rien de me reprocher mon manque de franchise si de toute manière vous saurez si je mens, dit-elle en roulant des yeux et en posant un regard moqueur sur sa nouvelle sœur. Muelle aborda Arch directement :

- Pourquoi tu ne seras jamais un combattant?
- Je n’ai pas bonne vue…
- Ah non?
- Non… Vous avez faim? Tous le monde doit avoir rallié la cantine à cette heure… Je vous y emmène? Après je vous montrerai votre chambre…
- Je n'ai pas mangé depuis longtemps avoue-t-elle, J'ai à peine eu le temps de toucher à mon thé, précise-t-elle comme si c'était terrible. Elle affiche une moue dubitative. Tu penses que c'est une bonne idée de nous afficher comme ça, avant même que nos... famille aient quitté la Montagne Noire ?

Ça, ce n’était vraiment pas subtil…

- Toi qui connaît les subtilités, Arch, dis-moi, comment crois-tu que les gens vont réagir lorsqu'il sauront pourquoi ton père nous a prit sous sa garde ? Une Chimérienne et une Daee, c'est comme tenter de faire cohabiter dans un bocal... une larve de libellule et une sangsue parmi les poissons... Elle ne sait pas trop si c'est une bonne image, mais ça lui semble une bonne description. Tout le monde le sait.
- Les gens de la Montagne noire ont des identités très diversifiées… Ça n’a pas vraiment d’importance… Même les Treiggels et les Cassels sont les bienvenus, ici… Enfin, peut-être pas vraiment bienvenu, corrigea-t-il, mais ils seront reçu de la même manière que les autres. Robin est un Cassel, vous savez… Tout le monde s’en moque…

Il prit les devant, se déplaçant près des murs du couloir, lentement, sa main glissant légèrement contre le mur comme s’il cherchait son chemin à tâtons.

- Les gens ici vous jugeront sur ce que vous êtes, pas sur qui vous êtes…

Elle écoute tout de même attentivement ce que raconte Arch, même si elle n'en donne pas l'impression tandis qu'elle gratte de l'ongle une tache sur son index. Lorsque le gamin leur dit sur quoi elles seront jugées, Xoramen quitte la contemplation de son ongle et pose sur Arch un regard brillant de malice.

- Oh, je suis ce que je suis et je n'ai pas l'intention d'être autre chose. J'ai l'habitude d'être jugée pour ce que je suis, gazouille-t-elle en ébouriffant les cheveux du gamin, sans la moindre gêne, prince ou pas, Redinem ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
 
615-A - L'arrivée, le prix à payer et la réaction - La porte des remparts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PRIX A PAYER REVISION 30000 KM
» Cages pour ratoux
» PROJET ACHAT MARCO POLO (NEUF)
» les indispensables à avoir à l'arrivée du chiot
» Nouvelle arrivée et plongée dans le vintage ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMUAM :: Les continents et les îles :: Eranth :: La Montagne Noire :: La Montagne Noire-
Sauter vers: