Les Océans
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 615-A - Occupation double

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: 615-A - Occupation double   20.03.17 20:44

- Chacun monte son charbon… explique Arch. Vous avez donc le choix de vous faire des muscles et de vivre au chaud, ou de devenir résistante au froid… expliqua-t-il en vidant ce qui restait d’un seau sur quelques mottes de tourbe dans l’âtre.

Il tendit le récipient vide aux filles qui se tenaient dans l’embrasure de la porte. Ils n’auraient pas tenu à 3 dans cette pièce. Les murs étaient Lambrissés pour en améliorer l’isolation. Les larges planches du planché avait été brossé… une ouverture perçait le mur, laissant entrer un filet d’air glacial et de lumière lorsque le volet n’était pas ajusté; plus une meurtrière qu’une véritable fenêtre.

- Il n’y a qu’un lit… remarqua Muelle
- Oui, mais il est grand! Sans compter que vous aurez plus chaud… Devant leur expression ouvertement dubitative, il raisonna : De toute manière deux lits n’auraient pas pu entrer dans cette pièce… Vous pouvez vous estimer chanceuse, Fabre, Morgane et Robin vivent à 3 dans une chambre de la même taille… Seul Merle a sa chambre… Fabre ne supportait pas son sommeil agité. Il les bouscula pour rejoindre le corridor. Certains d’entre nous rêvent plus fort que d’autres…
- Et toi? Demanda Muelle qui savait compter.
- J’ai également ma chambre…
- Parce que tu as la vue basse?
- C’est ça…

Xoramen ne s'attendait certainement pas à du luxe. Il n'y a rien de luxueux à la Montagne Noire, mais elle ne pensait pas partager la pièce avec Muelle. Et encore moins un espace aussi réduit. Elle aurait du être inquiète de tant de proximité avec Muelle, mais bizarrement, il n'en est rien. Monter le charbon, pas de problème. Elle ne parle pas beaucoup, elle semble bouder, ce qui est effectivement très probable. Elle jette un regard circulaire dans la chambre, ce qui ne dure pas très longtemps vu la petitesse de la pièce. Mais l'avantage c'est que c'est facile à ensorceler pour empêcher les intrus d'entrer. Elle écoute pourtant les explications d'Arch, sans rien dire jusqu'à ce que Muelle lui demande si c'est parce qu'il a la vue basse qu'il a une chambre privée. Elle ne se gêne pas pour émettre un gloussement moqueur, qui prend une note sarcastique lorsqu'il répond par l'affirmative.

- Je crois surtout que c'est parce qu'il est le fils préféré d'Yslaire, dit-elle sans savoir si c'est la vérité ou non.

Yslaire l'a dit lui-même, non ? Bien que Morgane ait prétendu la veille que c'était Merle. Il semblerait qu’il y ait quelque chose de pas très clair au sujet des préférences d'Yslaire. Elle ne dit rien de ce qu'elle sait au sujet du sommeil agité de Merle

- Le fils préféré d'Yslaire c'est Morgane.

Rétorque Merle en entrant dans la pièce exiguë. Il porte deux seaux de charbon qu'il pose à côté de la cheminée avant de se redresser, occupant une bonne partie de l'espace libre de la chambre.

-  A droite au bout du corridor c'est ma chambre. A gauche, c'est celle de la sainte trinité, Morgane, Fabre et Robin. La porte de droite c'est Yslaire. Et en face de vous, vous avez la chambre d'Arch.

- Baliverne : Le fils préféré d’Yslaire, c’est Fabre… Tout le monde le sait…

Muelle n’avait jamais dormi seule de toute son existence. Parce que les djinn ont besoin de chaleur humaine et que Phil avait vu là une façon de tisser avec elle une relation particulière. La situation l’arrangeait. Elle n’aurait pas à se sevrer… Muelle hésita cependant sur la conduite à tenir. Quelles étaient les mœurs des Chimériennes?

- Je vous ai trouvé des couvertures! Claironna Morgane en entrant dans la pièce déjà trop petite. Elles sont propres! Ainsi qu’un drap. Il est vieux mais il a été raccommodé.  Il fourra les couvertures dans les bras de Muelle et entreprit de tendre le drap sur le matelas, requérant l’aide de Merle d’un regard. Voilà! Vous serez confortables pour passer une bonne nuit de sommeil! Demain, vous direz au revoir à vos familles respectives… Expliqua-t-il en prélevant les couvertures dans la pile, puis nous débuterons votre entrainement dans le petit champ d’exercice, contre la falaise. Voilà!

Morgane repoussa Merle dans le corridor. Il alluma rapidement la tourbe en l’aspergeant d’huile à lampe puis alla rejoindre ses frères.
- Princesse, Muelle, passez une bonne nuit!
- Princesse toi-même !

Une fois seule, Muelle se retourna vers sa sœur :

- Je ne veux pas dire au revoir à ma famille. Alors tu fais la petite ou la grande cuillère?
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 615-A - Occupation double   20.03.17 21:55

- Peu importe, mais je dors loin du feu, donc de ce côté, détermine-t-elle en pointant un côté.
- Je dors toujours du côté du feu… C’est plus chaud…

Grandie à la flamme d’un cœur ardent et d’un feu de bois. Muelle fourragea dans son sac, posé dans l’angle du mur et en sortie une longue chemise de nuit taillée dans une très fine laine grise. Le genre d’étoffe qu’on réserve aux enfants.

- Alors pas de dispute pour le côté du lit ! Merveilleux !

Le sac de Xoramen était gros, massif et de toute évidence bien remplis. Les sorcières étaient généralement des nomade sur un territoire restreint. Elle arpentaient le marécage tout le temps. Évidemment, elles avaient un endroit où elle laissaient ce dont elles n'ont pas besoin tout de suite, mais le reste du temps, elles portaient presque tout ce qu'elles possédaient.Si Samuelle sort une chemise de nuit de son sac, Xoramen ne le fait pas. en fait, elle ne sort rien de son sac. Elle se contente de se déshabiller, bijoux et jupes, tout y passe et s'empile sur le sac, Elle ne garde que sa camisole et son dernier jupon de lin.

- On a qu'à faire la grasse matinée, comme ça on manquera le départ. De toute manière, si j'ai de la chance, dit-elle,  de mauvaise foi, elles seront parti avant l'aube, si ce n'est déjà fait. Ce serait merveilleux ! On ne les a pas vu depuis quelques heures, elle sont peut-être déjà partie, pour profiter de la nuit pour voyager.

Muelle est perplexe. Ces sorcières étaient soit plus puissante que prévue, ou alors elles savaient quelque chose que tout le monde ignorait au sujet des ombres… C’était possible. Après tout Muelle savait également certaine choses au sujet des ombres que tout le monde ignorait… Elle hocha de la tête.

- Voyager de nuit? Mais ce n’est pas possible, les ombres les assailliraient, elles se feraient dévorer…
- Ah bon ? Je croyais qu,il n'y avait des ombres que lorsqu'il y a de la lumière, dit-elle d'un ton léger.

En fait on ne lui a jamais vraiment parlé des ombres. Elle sait que c'est parfois dangereux, mais sans plus. Mais beaucoup de choses sont dangereuses. Mais les sorcières sont aussi dangereuses.

- Il y a toujours de la lumière… Pas nécessairement beaucoup. Parfois elle est difficile à percevoir mais il y en a toujours, même la nuit. Le plus infime petit éclat brille bien plus ardemment dans le noir qu’en plein soleil… Muelle parlait avec ferveur. C’était une évidence, non? Pas besoin d’être djinn. Les ombres sont plus sombres la nuit… Et plus elles sont sombres et épaisses et plus elles ont de la texture… On les sent, on peut presque les toucher…

La fatigue et l’étonnement la faisait parler d’un sujet qu’elle n’aurait pas dû aborder. Xoramen hoche la tête. Elle est bien d'accord avec la jeune Daee. Il y a toujours de la lumière, que ce soit en métaphore ou non. Ce qui la contrarie un peu, c'est que Muelle en sache plus sur les ombres qu'elle.

-  Je ne crois pas en avoir croisé des comme ça. Bon, maintenant, il faut protéger la chambre !

La sorcière prend un fusain dans une pochette de son sac, puis grimpe sur le lit, debout, avant de sauter souplement sur le sol et de se diriger vers l'entrée. Elle entreprend d'inscrire des symboles sur le cadre de la porte.

- On ne peut pas faire la grasse matinée… Morgane viendrait nous chercher. Il a l’air d’être du genre à venir nous chercher. Xoramen dévisage Muelle et plisse le nez. La Daee a raison constate-t-elle. Merle lui, il nous a aidé à nous cacher… Muelle observa le manège de Xoramen. Euh? Nous protéger de quoi? T’es la seule personne de qui je suis supposée me protéger, non? Et vice versa…
- Alors tu vois, mieux vaut se protéger. Rien ayant de mauvaises intentions envers nous n'entrera dans cette pièce, nous comprises si nous souhaitons du mal l'une à l'autre. Le sommeil est toujours quelque chose de dangereux, certains ne se réveillent jamais.

En fait c'est surtout parce qu'elle a l'habitude de voir ses symboles partout où elle ose s'endormir. Elle sait qu'ils fonctionnent, qu'ils vont la protéger, qu'ils vont les protéger lorsqu'elles dormiront, même l'une de l'autre. Mais c'est rassurant de voir des choses connues lorsqu'on se retrouve dans un endroit inconnu.

Tandis qu’elle parlait, distraitement, Muelle mima le comportement des ombres. L’ombre des doigts de la métisse griffèrent le bois près de la porte sur laquelle Xoramen barbouille. Un spectacle dérangeant, menaçant. Xoramen suspend son dessin lorsque l'ombre des doigts griffe l'endroit où elle voulait apposer son dessin. Elle se retourne pour dévisager Muelle, qui elle cache ses mains sous la couverture aussitôt qu’elle se rendit compte de son geste.

- Tu penses quoi d’eux? De nos frères? demanda-t-elle en grimpant dans le lit.

La chimérienne cesse de plisser le nez et prend un air pensif. Oui, que pense-t-elle d'eux ?

- Je ne considère pas déjà qu'ils sont mes frères, même si j'ai pu dire le contraire. Pour être frères et soeurs, il faut des liens étroits et ce n'est pas le cas. Pas encore, dit-elle à voix basse en s'appliquant à tracer un symbole.
Euh Xoramen? Comment je peux savoir de quelle nature est la magie que tu traces sur la porte?

C’était une question légitime, non? Elle venait de dire qu’il lui faudrait établir des liens étroits pour considérer quelqu'un comme son frère ou sa sœur. Elle venait surtout de dire que si elle n’avait pas menti, elle n’avait pas été honnête. Et les frères Redinem ne s’en était pas rendu compte? Interrogée sur la nature de sa magie, Xoramen prend le temps de terminer le symbole qu'elle dessine à ce moment, puis elle se retourne vers sa nouvelle soeur.

- Si tu es assez sensible à la magie, tu en ressentira la nature. Sinon, je ne crois pas qu'il y ait un moyen d'en connaître la nature, sauf me faire confiance sur ce point, dit-elle en souriant de manière fort peu convaincante, du moins si son intention était d'être rassurante. Je suis douée pour protéger. Je protège la Chimère, c'est mon rôle, mais ne le répète pas, je préfère que les gens croient que je jette des sorts, change les gens en crapaud, empoisonne les puits et danse nue les nuits de pleine lune, informe-t-elle, en ricanant.
- Je suis surtout sensible au pouvoir. La magie, c’est un truc d’ainé. L’ainé hérite de tout, sauf du pouvoir. Je suis une cadette : je ressens et je catalyse le pouvoir dont un autre se servira pour sa magie… C’est mon rôle à moi, servir… Muelle réalisa ce qu’elle venait de dire et corrigea le tir : C’était mon rôle. Je ne servirai plus jamais! affirma-t-elle avec ferveur en relevant ses yeux d’or sur le sourire de Xoramen.

Terrifiant. Lui faire confiance? Certains ne se réveillent jamais? Peut-être allait-elle attendre d’avoir noué des liens plus étroits avec sa nouvelle sœur avant de dormir dans ses bras. Parce que si c’était la chimère qu’elle avait l’habitude de protéger, une Daee restait une menace

Rendu nerveuse, Muelle descendit du lit et ramassa son sac, le plaquant sur sa poitrine.

- Euh, je crois que… Je n’ai pas sommeil… Enfin, ne m’attend pas pour dormir… Je vais discuter avec Arch en face! Elle ouvrit la porte. Bonne nuit! Tu peux prendre tout le lit… Je m’arrangerai!

Elle lui souriait. Un sourire en tranche de courge sur lequel elle referma la porte, délicatement comme si elle y enfermait un fauve endormit et craignait de le réveiller.

Encore une fois, Xoramen suspens son geste et fixe quelques longues secondes la porte close. Elle a l'habitude, n'est-ce pas ?



Muelle fit volte-face et tambourina à la porte d’en face. Arch…

-  Quoi?
- Je ne peux pas dormir avec elle!
- Ah non?
- Elle a tracé toute une guirlande de formule magique sur le cadre de la porte et elle prétend que c’est pour nous protéger…
- Vous protéger de quoi?
- Je peux dormir avec toi?
- Avec moi? NON! Hors de question!
- Pourquoi, parce que tu as la vue basse?
- Écoute, Merle est toujours volontaire pour la garde de nuit. Il ne dort jamais dans sa chambre. Tu n’as qu’à t’y installer…


Dernière édition par Inimaginable le 25.03.17 13:42, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - Occupation double   25.03.17 8:55

Muelle cogna légèrement, à tout hasard, pour vérifier… Parce que Merle était intimidant dans son silence, son retrait et ses regards en biais. Elle n’avait aucune envie de devoir expliquer une incursion… Sans réponse, elle se glissa dans la chambre. Il y faisait noir et froid. On aurait dit que personne ne vivait là… Rassurée, Muelle laissa la porte ouverte pour que la lumière du corridor pénètre à l’intérieur et chercha de quoi allumer un feu dans l’âtre.

Dans cette pièce-ci, il n’y avait pas de lambris pour isoler les murs de pierre nu. Instinctivement Muelle y laissa glisser ses doigts. Sa figure caramel se plissa douloureusement. Parce que les pierres témoignent.

Un cadet n’use pas de la magie des pierres. Sa magie se limite à imprégner ses pierres personnelles et à amasser du pouvoir. Pourtant Muelle savait exercer la lecture et elle ne s’en priva pas.

La détresse d’une âme tourmentée. Fêlée, douloureuse, isolée. La peur… Une peur plus profonde que la sienne…

Muelle retira ses empreinte de la pierre et se frotta les mains sur sa chemise. Les djinns sont sensibles aux émotions humaines. Celles-ci lui étaient difficilement supportables. Elle déposa son sac par terre, contre le coffre dont elle fit un rapide inventaire. Le fond en était rempli de pierre à savon, noire, modelée comme par une personne privée de ses sens, informes. Elles n’étaient pas imprégnées, mais elle témoignait de quelque chose. Quelque chose qui faisait peur. Tant de sensibilité… Pas étonnant qu’il soit tellement… Tellement lui-même...

La métisse secoua la tête, submergée par des impressions contradictoires. Phil avait toujours été là pour faire le tri, pour la guider, pour l’épargner. Elle était fatiguée, réalisa-t-elle, en lorgnant vers le lit. Arch lui avait assuré qu’il serait de la garde de nuit… Muelle se glissa sous l’édredon et s’abandonna au sommeil.



Merle ne retournera jamais dans le Cercle de Haute-Pierre. Il ne veut pas y retourner. Il a réintégré la garde mais il peine à faire le quart de nuit… Parce qu’il voit des choses dans le noir, dans les ombres. Des choses qui sont fausse maintenant mais qui ont été vrai… Son don lui embrouille l’esprit. Il souffre et refuse de se livrer. Il sait qu’il ne sera plus jamais un gardien. Encore cette nuit, il a été incapable de terminer son tour de garde… Une pleine bouffée de malaise l’a assaillit.

Merle entra dans sa chambre sans se soucier d’y trouver un squateur et se figea sur place. Il était gelé jusqu’aux os mais il sentit immédiatement la différence d’atmosphère. Il trouva quelqu’un endormi dans son lit. Roulée sur elle-même comme un chat. Une posture impossible pour un homme de sa stature. L’un de ses bras pendait hors du matelas, les doigts de sa main caramel replié sur sa paume ouverte. De longs os fins. Personne n’a jamais menacé son sommeil. Les flammes se reflétaient sur sa peau dorée et Merle sera les dents. Dans sa main, elle tenait un caillou. Un morceau de pierre à savon sculpté. Merle s’essayait à sculpter la pierre noire et échouait chaque fois à lui donner une forme. Son esprit congestionné par les ombres. Il eut des envies de violence. Pas lui faire du mal mais détruire tout ce qui se trouvait autour de lui. Et avant de s’en rendre compte, il avait saisi le matelas du lit pour l’envoyer valdinguer contre le mur…
L’adolescente n’émit même pas un bruit, surprise en plein sommeil. Elle ouvrit les yeux, leur lueur surnaturelle illuminant son visage d’un feu doré. Une signature. Il n’avait jamais vu rien de tel avant cet après-midi-là. Daee, une métisse… Muelle roula sur elle-même, les draps et la couverture s’enroulant étroitement autour d’elle avant de tomber lourdement dans l’espace libéré par le matelas et de s’y faire écraser. Et quand Merle eut fini de tout mettre sans dessus dessous, il retrouva graduellement ses esprits voyant la gamine émerger.  Merle releva Muelle lorsqu'elle rampa hors des débris. Le contact lui transmit une rafale d'émotion contradictoire.

Ce genre de chose n’avait pas lieu d’être. Il voulait s’excuser. Il voulait s’expliquer. Il voulait être pardonné. Mais bien que les émotions l’étouffaient complètement, il se trouva incapable du moindre mot, seulement de la retenir.

- HUMPF!!! NON!!! hurla muelle, paniquée.

Merle ne s'attendait pas à être repoussé avec autant d'énergie...Muelle détala et se refugia dans la chambre qu'elle aurait du partager avec Xoramen.

- Xo!! Xoramen! J'ai besoin d'être protégée! J'ai besoin d'être protégée maintenant!!! Merle...
- Muelle... Laisse-moi entrer, s'il te plait... je vais t'expliquer...
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 615-A - Occupation double   25.03.17 16:54

Oui, elle a l'habitude, mais ça ne signifie pas que c'est agréable. Elle a fait peur à Muelle, de toute évidence. Pourtant... elle ne cherchait qu'à se protéger... l'une de l'autre... et l'une et l'autre. Xoramen n'est pas tranquille. Elle a toujours vécu dans les marécages d'Erweller et si elle en est sortie quelques fois, ses aïeules étaient avec elles. Elles ont toujours été toutes les trois. Elles sont toujours toutes les trois, depuis sa naissance. Et demain, elle sera seule dans un lieu inconnu tandis que ses aïeules repartiront ensemble, mais sans elle, vers le lieu qu'elles connaissent par coeur. Xoramen, elle, devra rester ici où c'est si... sec.

Elle termine de marquer le montant de la porte avec les symboles de protection qu'elle connait par coeur. Chacun de ceux qu'elle appose la rassure un peu. C'est comme si elle se trouvait maintenant dans un lieu familier. Ça calme son angoisse. Demain matin, la Vipère et la Lionne seront partie, il ne restera qu'elle dans ce lieu inconnu. Elle inspire, retient sa respiration, puis elle expire lentement. Elle doit se calmer. Il ne faut surtout pas paniquer. Si le départ de Muelle et les raisons de son départ la troublent, elle n'est pas fâchée qu'il n'y ait pas d'autres témoins de son angoisse.

Elle range ses fusains et s'assoit sur le lit. Elle frissonne, mais ça n'a rien à voir avec le froid. Elle aurait préféré ne pas être seule pour la première nuit. Au moins, tout ce qui lui veut du mal n'entrera pas par cette porte cette nuit. Normalement. Elle ferme brièvement les yeux et secoue la tête. Allez, du courage, ce n'est qu'un lieu inconnu et des gens inconnus. Rien de bien terrifiant, n'est-ce pas ? Ce qu'il y a de plus dangereux ici, c'est elle. Et peut-être Muelle.

Elle tri les couvertures et choisit la plus lourde, avant de repousser les autres du côté de Muelle. Elles se sont entendues pour avoir chacun leur côté du lit, Xoramen s’y tiendra. Elle n’a concrètement pas besoin de couverture. Mais elle aime bien avoir un poids sur elle pour dormir. Sans doute parce que l’eau a un poids conséquent. Elle se couche et s’emmitoufle dans la couverture épaisse, rude et piquante, mais dès qu’elle ferme les yeux, elle sait qu’elle ne dormira pas maintenant. Elle se redresse et tire son paquetage sur le lit. Elle le défait et en fait l’inventaire. Des jupes, de fines chemises et des jupons. C’est presque tout ce qui compose son paquetage. Ça et le nécessaire de la parfaite petite sorcière. Et un gros sachet de feuilles pour les infusions. Et des bijoux. Des bijoux qui tintent et qui cliquettent. Et qui semblent, pour la plupart, pointus ou tranchant. Les fioritures complexes sur les jupes des Sorcières d’Erweller ne sont pas toutes innocentes. Une Sorcière des marais n’est jamais désarmée. Elle va chercher la jupe qu’elle portait durant la journée et retire toutes les pièces offensives et défensives. Ça lui prend un bon moment, puis elle choisit une autre jupe, violacée celle-ci, et elle y insère quelques surprises. Elle évite toutefois de surcharger sa jupe. Si celle du jour était bien lourde, celle de demain n’a pas à être aussi armée. Elle n’a rien à craindre ici, n’est-ce pas ? Il est tard lorsqu’elle décide de mettre tout ça de côté pour dormir un peu. Les gestes répétitifs l’ont calmée, elle se sent moins angoissée lorsque cette fois, elle se glisse sous la couverture.



Le fracas d’une entrée et l’appel à l’aide la tirent de son sommeil. Elle met quelques secondes à se souvenir pourquoi elle n’entends pas les moustiques ni le clapotis de l’eau. Elle n’est pas dans le marécage. Elle est à la Montagne Noire se rappelle-t-elle. Cette idée la rassure sur l’endroit étrange ou elle se trouve, mais la détresse dans la voix de Muelle met fin à ce sentiment de sécurité. Elle s’extirpe de la couverture et tire Muelle derrière elle.

Heureusement qu’elle n’a pas verrouillé la porte avant de s’endormir. Parce que Xoramen a confiance en la protection qu’elle a apposé sur la chambranle. De toute évidence, elles ne sont pas les seules dont elles doivent se protéger.

- Merle ? interroge-t-elle à voix basse.

Elle fouille dans l’amas d’étoffe et en tire deux stylets, qu’elle dissimule. Mais elle n’ouvrira tout de même pas la porte.

- C’est ma chambre à moi aussi, Merle. Elle gagne du temps. Elle se tourne vers Muelle et l’interroge. Il n’a pas l’air de nous vouloir du mal. Pas en apparence. Et en profondeur ? Il ne pourra pas entrer s’il nous veut du mal, chuchote-t-elle. Elle a confiance en ses protections. Sinon, elle aura ses stylets.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - Occupation double   25.03.17 19:28

Merle ouvrit la porte lentement, très lentement, se glissa à l’intérieur, et la referma derrière lui en tournant la poigner pour éviter de faire claquer le loquet.

Muelle se tenait derrière Xoramen, en retrait, et lorsqu’elle le vit entrer, elle saisit le tisonnier près de l’âtre.

- Tes sortilèges ne marchent pas, Xo, je t’assure qu’il me veut du mal…
- Non! Démentit Merle les mains tendues devant lui dans un geste d’apaisement. Enfin, oui, mais non… Par les juges, je ne te ferai aucun mal… Il ne faut pas avoir peur de moi…

Les cinq frères partageaient des traits, des attitudes, propres aux Redinems. Mais Merle était différent. C’était perceptible au premier coup d’œil. Il avait quelque chose d’égaré, de fêlé, il n’était pas en paix. Le don de sa famille, très présent chez lui, le rendait pratiquement fou. Il parlait avec son cœur et son âme, ses actes étaient purs, mais son don lui rappelait que sans mentir, la vérité ne se trouvait pas là.

- Je ne te ferai aucun mal. C’est la vérité. Même si c’est différent de : Je ne te veux aucun mal…
- Tu veux dire que tu me veux du mal mais que tu ne m’en feras pas?
- Je veux dire que je ne te ferai pas le moindre mal. Je retournerai tout mal contre moi avant de vous en faire…

Merle se laissa glisser contre le porte, et assit sur le sol, se prit douloureusement la tête à deux main.

Muelle échangea un regard avec Xoramen.

- Quand il m’a surprise dans son lit, il a renversé le matelas et a envoyé balader toutes les lattes du lit… expliqua-t-elle à mi-voix. Il avait l’air…
- Non… C’est parce que j’ai vu la lueur des braises danser sur ta peau… Et ça m’a rappelé quelque chose que je voulais oublier. On peut sortir un homme des ténèbres, mais on ne peut pas sortir les ténèbres d’un homme. Je ne veux pas que mes frères sachent que je suis toujours hanté par ce qui s’est passé l’année dernière…

Muelle baissa le tisonnier. Elle était sensible aux émotions humaines. Du menton, elle désigna le jeune homme et demanda à Xoramen, articulant sa question sans énoncer un son : Tu sais de quoi il parle?
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 615-A - Occupation double   25.03.17 21:52

Xoramen le laisse ouvrir la porte. C'est maintenant qu'elle va savoir si... il entre. Il ne leur veut aucun mal, puisqu’il passe la porte. Elle se détend en même temps que Muelle, elle, se tend. Xoramen a confiance en ses protections et elle réagit vivement lorsque muelle prétend le contraire. Et en plus, Merle affirme qu’il ne lui veut aucun mal.

- Tu vois ! Ça fonc…

Mais le Redinem affirme rapidement le contraire. Elle reste stupéfaite et resserre sa prise sur ses stylets, qu’elle n’a pas encore dévoilé. Ses sorts ne fonctionne pas ? Mais si ! Mais si ça fonctionne ! Ça doit fonctionner ! Ne pas avoir peur de lui ? Oh, mais elle a peur de lui. Soudainement peur de lui. Ses sorts ne fonctionnent pas ? Mais pourquoi ? Ils auraient dû ? Où s’est-elle trompé ?

Prête à se défendre et à protéger Muelle, elle voit pourtant Merle glisser contre la porte et s’asseoir tout contre. Il n’a pas l’air de leur vouloir du mal. Oui, peut-être que cette explication se tient. Il veut du mal à Muelle, peut-être le croit-il, mais il ne le fera pas. Alors ses sorts fonctionnent ! Ouais, bon, y a une nuance… mais… mais ils fonctionnent ! Elle observe Merle et Muelle, tout à tour. Elle écoute et observe. Ce qui s’est passé l’an dernier ? Elle regarde Muelle qui se pose la même question. Elle a un léger haussement d’épaule. S’il veut du mal à quelqu’un, c’est à Muelle, pas à elle. Enfin, elle espère…

- Tu as eu peur… de Muelle vient-elle pour ajouter, mais elle se retient.

Ce n’est pas une insulte, ni même une raillerie. C’est dit sans le moindre jugement. Après tout, il était encadré par une suite impressionnante de symboles de protection qu’elle a elle-même dessiné. Elle ne pouvait quand même pas lui reprocher d’avoir peur. Elle jette ses stylets dans l’amas de tissus colorés et jette un oeil à Muelle. Elle est une méchante sorcière, non ?

- Je ne dirai rien, affirme-t-elle en approchant lentement, sans être méfiante, mais avec prudence.

Jali lui avait dit de trouver celui qui serait le plus susceptible de la servir. Elle peut commencer dès maintenant à chercher, non ? Et si c’était Merle ? Elle se penche au-dessus de lui et elle n’attend pas qu’il relève la tête.

- Je te ferai très mal si tu essaie de faire mal à l’une ou l’autre de nous deux, annonce-t-elle dans un murmure, menaçante, mais pas à mauvais escient.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 615-A - Occupation double   26.03.17 15:26

- Xoramen? Ne t’approche pas de lui… Il est dangereux!
- Je ne suis pas….
- Bien sûr que tu l’es ! Toutes les pierres des murs de ta chambre parlent de violence!

Merle eut un rire dérisoire.

- Les pierres ne parlent pas!
- Les pierres me parlent à moi. Je peux lire la mémoire minérale!

Le jeune homme marqua une certaine indécision, le doute s’insinuant dans son esprit.

- Les cadets, et tu es une cadette, n’ont aucune magie. Ils n’héritent que du pouvoir.
- Et tu crois vraiment que je suis le genre de personne à qui s’appliques les règles? Fit l’adolescente d’un ton méprisant en haussant les sourcils. Tous les Daees savent lire les pierres. Elle se tourna vers Xoramen. Arch a dit que Fabre a déserté sa chambre parce qu’il rêve trop fort. Ses rêves sont des cauchemars.
- D’accord! Ça va… Je fais des cauchemars… je rêve même éveillé et le don de ma famille ne me permet pas de faire la différence entre mes rêves et la réalité. Ma violence ne fait pas de moi quelqu’un de dangereux.

Xoramen le dévisage longuement. Pourquoi il ne fait pas la différence entre les rêves et la réalité ?

- Bien sûr que tu es dangereux.
- Je n'ai jamais fait de mal à qui que ce soit!
- Alors d'où viennent tes cauchemars? demanda la métisse en abaissant le tisonnier. On t'as fait du mal?

Rien dans la personnalité ni dans l'éducation de Merle ne le prédisposait à se livrer ainsi à deux gamines inconnues au beau milieu de la nuit. Mais il les avaient terrifiées et il préférait s'entendre avec elle afin que ses problèmes ne parviennent aux oreilles des autres membres de la vieille garde d'honneur.

L'honnêteté était la seule défense des Redinems.

- J’ai fait le tour du cercle de Haute-Pierre il y a un peu plus de 1an. C’était mon premier tour avec la vieille garde d’honneur et ça ne s’est pas bien passé. Ma troupe a été décimée et perdue en entier. Je suis le seul survivant.

Xoramen s'était rapprochée, très près, silencieuse, comme une voleuse de magie.

- Décimé par quoi?
- Je ne sais pas. Je ne sais plus. Il y a eu une avalanche… Elle nous a coupé la piste… et nous avons été attaqués… Nous avons du nous écarter de la piste… Nous avons encore été attaqués… Et je ne sais pas comment je suis rentré.

Il hésitait, il était ailleurs, perdu sur la trace de souvenirs étiolés.

- Les pierres dans le fond de ton coffre… Elles parlent de sang, de flamme et de cendre, de froid et de faim.
- Oh... tu as fouillé ses affaires ? questionne Xoramen, outré. C'est très indiscret pour un premier soir.
- Le don de ma famille. Notre faculté de départager le vrai du faux, la lumière de l’ombre, me suggère que je ne suis pas rentré.

Et elle lui assène un coup de poing sur l'épaule avec beaucoup plus de force qu'elle ne semble en posséder.

- T'es là pourtant. Elle a un sourire, mais se ravise rapidement. Je suis désolée... pour tes amis. Xoramen n'a jamais perdu d'amis. Elle n'en a jamais eu. Personne ne sait ce qui a peu se passer ? Ni même le déduire ? Ou personne ne veut te le dire ? Elle le dévisage et plisse les yeux. Ou pire encore.
- Ou pire encore? répéta Muelle en fronçant les sourcils.
- Oui, dit-elle. Elle a un hochement de tête. C'est toi qui a fait tout ça, Merle ?

La réaction du jeune homme fut équivoque : Merle se ramassa sur lui-même comme s’il voulait mettre de la distance entre lui et celle qui avait suggéré une chose pareille. Jamais il n’avait envisagé cette possibilité. Non… NON! Il se releva dans l’angle de la porte, et il aurait fui si Muelle n’avait pas capté son attention.

Elle avait grandi dans un clan. Et les membres du clan sont une extension de soi-même. Malgré tout ce qu’elle avait vécu ce jour-là, Muelle était tout aussi horrifiée que lui par ce que venait de proposer Xoramen. Pire, oui, c’était bien pire.

- Je ne suis pas responsable de la mort des membres de la garde d’honneur qui ont péri dans le Cercle de Haute-Pierre, se disculpa-t-il.
- Et ça, ça sonne bien vrai? Demanda l’adolescente en retenant son souffle…
- À peu près!
- Voilà une bonne chose de tirée au clair… Par les juges!

Tous deux dévisageait la sorcière, les yeux ronds, un lien se tissant dans l’horreur partagée. Elle sourit et balaie l'air de sa main.

- Oui, maintenant nous savons que tu es dangereux que parce que tu es violent, chantonne-t-elle. Mais je sais me défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 615-A - Occupation double   

Revenir en haut Aller en bas
 
615-A - Occupation double
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» double rouge
» La royale suite 95 double!!!Photos bas p.1
» Monter une double rampe de neons sur mon aqua d'origine
» Filtre Mousse Eponge double sur eBay d'Hong Kong
» Le double-clic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMUAM :: Les continents et les îles :: Eranth :: La Montagne Noire :: La Montagne Noire-
Sauter vers: