Les Océans
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 627H - Dans les Geoles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: 627H - Dans les Geoles   17.07.17 23:44

Sepiida

Ça ne s'était pas passé comme prévu. Pas du tout comme prévu. C'était sa faute, il aurait du savoir.

Maintenant, l'élite des vautours avaient été fait prisonniers, sauf Jasp, parce qu'il avait rapidement disparu on ne sait où. Benedict y est aussi. Alice n'allait jamais lui pardonner ça.

Dès qu'ils avaient été jetés dans les geôles, ils avaient fait écran pour dissimuler Finnegan et le p'tit George.

Dame Evadne n'avait mis que peu de temps avant de se présenter devant la cage où ils étaient enfermé. Elle avait bravement fait face au Capitaine.

- Capitaine Sepiida, avait-elle prononcé comme un reproche.

Il lui avait répondu par un ricanement sinistre.

Mais s'il avait cassé quelques doigts qui avaient osé approcher des barreaux, il n'a pas bronché lorsqu'elle s'est approché. Il avait même laissé passé Hugo et Evadne pour qu'il puisse récupérer Finnegan à l'intérieur. Stratégiquement, il avait saisit Ben par le collet et il l'avait retenu derrière lui. Ce n'était pas le moment de faire le faire tuer. Le p'tit George, tentant de soigner Finnegan comme il pouvait s'était dissimulé dans l'ombre de Belair. Tandis que son fils récupérait l'héritier de Treiggel, la Dame de Milford avait observé chacun des prisonniers et elle avait sursauté en apercevant Belair. Il faut dire qu'il n'avait pas l'air très avenant.

- Ça va aller pour Finn, murmure-t-il une fois qu'ils sont parti. Evadne va en prendre soin et faire l'impossible pour la soigner. Ce que nous on peut pas faire ici.
- Tu lui fais confiance pour soigner le p'tit gars ? interroge Prewett qui semble étonnamment inquiet, ce qui n'est pas dans ses habitudes.
- Non, je lui fait confiance pour soigner l'Oracle et l'héritier des Treiggel

Prewett hoche la tête.

- Ça se tient. Il jette un regard mauvais à Benedict. Et lui, on peut lui faire confiance ?
- Non, dit-il en retenant brusquement Prewett, mais il reste vivant.
- Oui, ça pourrait contrarier une certaine dame, ricane Belair se sa voix tonitruante.
- Shhhht, reproche-t-il tandis que les autres s'esclaffent. Vous connaissez la règle.
- Ceux qui se retrouvent derrière restent derrière ou tout ça c'est la faute de Sepiida ?
- La seconde.
- C'est la plus marrante, dit-il en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   23.07.17 19:13

Le genou tordu, une, deux, trois cotes bousillée, dans les geôles d’Eranthidis avec Sepiida et son équipage. Lorsque Barbaque croisa le regard d’Ulée de Dressandre, il comprit qu’il n’y avait rien à espérer de cet homme-là. Il se fit petit dans un coin de la cellule. Et la fille? De la noblesse. On peut se fier à la noblesse pour créer des problèmes et celle-là avait des airs de parfaite emmerdeuse.

La murène contrôlait Sepiida en ayant main mise sur son petit frère. Celui-ci mort, Sepiida serait libre et incontrolable.Alors ouais, autant laisser ces gens soigner le gamin. Murmure n’était pas fait pour ça, pour servir d’otage, pour être utilisé. Un oracle devrait être maitre de sa destinée.

Barbaque n’était qu’un fier à bras de la Murène. Un proche de l’administrateur du Barjaron. Pourquoi Sepiida avait-il décidé de ne pas l’achever, là, maintenant? Certainement pas par bonté d’âme. Parce qu’il avait besoin de lui pour récupérer le gamin.

- Mademoiselle? Salua poliment Barbaque d’un ton qui fit mal paraitre toute la bande.

Il ne payait pas de mine. Il n’avait pas le charme de Sepiida. On ne se faisait pas d’illusion sur le genre de racaille qu’était Barbaque. Un vicieux. Il donnait envie de mettre des gants avant de l’achever…

***

Le chasseur était un homme ordinaire. Soigné et pâle comme un matin d’hiver. Il n’avait pas les traits caricaturaux des figures de l’ombre. Il agissait en pleine lumière.

Ulée ne ressemblait pas à son frère ainé. Tadjak était une force de la nature; Ulée avait cultivé et acquis la sienne. Il était à la fois plus grand et plus souple, il se tenait droit, sans rigidité. La rapière qu’il portait semblait n’avoir jamais servie. Ce n’était pas son arme de prédilection. Tuer ne le répugnait pas; nul besoin de mettre de la distance entre sa victime et lui.

On pouvait aisément le confondre avec un garde du corps de la princesse. Ses habits n’avaient rien de princiers. Ulée ne se montrait pas souvent à la cour. Des taches de sang avaient séché sur ses habits. Ce n’était pas le sien. Il laissait Eireen faire la conversation, silencieux et attentif, se tenant juste derrière elle, à sa gauche. Ulée gardait ses distances, évaluant la bande avec recul.

Un clan. Mais celui-ci, celui qui est blessé, n’en fait pas partie. C’est un satellite. Des bavards qui ne disent rien. Celui-ci  moins que les autres… C’est une femme… Ils ne la protègent pas plus que les autres. Elle n’est pas un maillon faible. Celui-là a le regard vif d’un oiseau de proie, sans doute plus affuté que l’autre. Mais Sepiida n’est pas homme à s’entourer de lourdauds…  Il doit donc faire son poids.

Ulée fit remarquer:

- Ils étaient six. Il en manque un...
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   03.08.17 18:35

Et pourtant, la Princesse n'est pas une emmerdeuse. Enfin, si, peut-être. Tout dépend de quel côté on se pose. De son côté à elle, elle est une future Reine. Ils les avaient déjà interrogé toute la nuit. Ça n'avait pas donné grand chose. Tout ce qu'ils se contentaient de répondre c'étaient qu'ils avaient suivi le Capitaine Sepiida. Il n'y avait que deux possibilités. Soit c'était des êtres totalement décérébrés, soit ils savaient exactement quoi répondre et suivaient la consigne. Du moins pour deux d'entre eux. Le premier qui différait de la bande était évidemment le Capitaine Sepiida. Étonnamment courtois, il parlait et parlait, mais racontait des tas de trucs qui semblaient vachement intéressant à première vue, mais qui au final ne menaient à rien. Son attitude la déconcentrait de temps à autre, ce qui était particulièrement irritant.

Le second, lui, n'était jamais dans le même coin de la pièce que les autres. Et parfois l'un des décérébré le dévisageait avec la ferme intention de le tuer, en se demandant à quel point il aurait le temps de le dépecer avant que quelqu’un intervienne. Advenant le cas que quelqu’un intervienne. Celui là, fut le seul à tenter d’engager une conversation. Mais la Princesse se contenta d’un soupir agacé.

- Chasseur, je vous en prie, faites le taire, c’est agaçant. À moins qu’il ait enfin quelque chose d’intéressant à raconter ?

Ulée lui répondit en affirmant qu’il en manquait un. Elle n’en sait rien, lorsqu’elle est arrivée, il y en avait cinq.

- Vous en avez égaré un ? demande-t-elle, comme si c’était d’une banalité inutile, mais si c’est vrai, des têtes vont tomber. Outre celle des prisonniers, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   07.08.17 13:30

- Comment saurons-nous s’il a quelque chose d’intéressant à raconter si je le fais taire, princesse?

Ulée respectait toujours la hiérarchie aussi la remarque était respectueusement méprisante. Un peu de logique…

- Ne soyons pas précipité, je termine en tuant les gens. Oh, à moins que ce n’est pas ce que vous avez à l’esprit lorsque vous voulez qu’il se taise… Moins définitif peut-être?

Ulée savait se montrer impertinent d’une manière désagréable qui n’amusait que lui.

- Moi? Non, je n’égare pas les prisonniers qui me sont confiés…

Ils disparaissaient souvent mais on savait exactement où, pourquoi et comment.

- Voyons voir, pourquoi sont-ils regroupés? N’avons-nous plus de cellules disponibles? Soit, je me chargerai de la surpopulation, princesse. S’il vous plait, isolez-les… Oh, attendez, commençons par celui-ci… Il semble avoir une moins bonne espérance de vie que les autres…

Les gardes se montrèrent très professionnels et méfiants. Ils agirent en ne laissant aucun marge de manœuvre à leurs prisonniers, laissant le Capitaine dans sa geôle d’origine et trainant Barbaque sur le sol crasseux jusqu’à le hisser douloureusement sur une chaise et le mettre aux fers.

- Voilà, un deux trois quatre cinq… Il en manque bien un… Il manque le gamin famélique qui s’en est pris à votre frère, princesse.
- Dame Evadne de Milford et le Lieutenant Hugo Fenwick sont passés immédiatement après la bataille. Le garde hésita sur la formule et s’étrangla sur un : « Prince… » tardif…
- Ah bon?

Les gardes semblaient mal à l’aise… Tout le monde était mal à l’aise avec Ulée. Celui-ci se tourna vers la princesse et fit la moue.

- Non, vous ignorez aussi tout de cette histoire… Il était blessé je crois… Habituellement on achève les blessés… Je doute que cela ait été l’intention de Dame de Milford… Allons, mettons-nous au travail.

Ulée se rapprocha des barreaux de Sepiida tout en restant hors de portée.

- J’ai bien l’intention de le tuer, n’en doutez pas. Les blessés demandent des soins ou ils dépérissent et deviennent les vecteurs de toute sorte de désagrément. Vous ne le sauverez pas, n’est-ce pas? Il n’est pas des vôtres…

Puis il s’adressa à Barbaque.

- Votre Capitaine ne vous accorde pas beaucoup de valeur, mon brave… Il va vous falloir convaincre cette dame que vous en avez pour elle… Vous allez devoir être convainquant… Elle a réclamé une histoire intéressante, vous en avez?

Barbaque soufflait et souffrait visiblement. Il prit le temps de réfléchir…

- Voyez, il évalue la valeur de ce qu’il a à nous conter. J’apprécie l’intelligence de cette démarche. Et vous Sepiida? Humm? N’hésitez pas à renchérir… Vous devriez chercher à me convaincre que ce qu’il dira est sans valeur et sans importance… Que je devrais me désintéresser de lui et l'achever avant qu'il parle... Peut-être en vous mettant vous de l’avant?

C’était mesquin… Ce qui suivit l’était d’avantage.

- Vous? Ou peut-être devrais-je m’intéresser au prisonnier qui valait la peine que Dame Evadne de Milford se déplace personnellement.
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   09.08.17 17:12

- À vous de le découvrir, il semblerait que ma manière douce n'ait pas fonctionné, avoue-t-elle sans regrets.

Et pourtant, elle n'avait pas été douce. Enfin, sa voix avait été de velours, mais le colosse n'avait pas lésiné sur les coups au Capitaine Sepiida. D'ailleurs, presque toutes ses plaies en résultaient. Oh, il avait parlé, beaucoup même, mais il n'avait rien révélé. Il s'en était même un peu moqué en demandant à ses camarades de geôles s'ils avaient envie de tenter le coup. De toute manière, elle n'était pas la pour se salir les mains. Et puis n'était ce pas le rôle du Chasseur ? Ça n'a rien s'amusant d’avouer qu'on a pas réussit à faire parler un prisonnier. Mais la Princesse s'était attaquée au gros poisson de la bande. Par contre ce qui sera amusant, c'est de voir si Ulée aura de meilleurs résultats. Et puis, elle ne trouvait pas et n’avait pas à frayer avec les prisonniers tous les jours. C'était exceptionnel, parce que la capture du Capitaine Sepiida était exceptionnelle.

- A ce que je sache, c'est la seule manière qu'ils ont trouver pour les enfermer. Tous ensemble. Il y a eu un mort en tentant de les séparer, prévient-elle.

Et pourtant, la séparation s'effectue avec aisance, cette fois, comme si ça n'avait plus d'importance. C'était intéressant à observer pour la Princesse. Elle avait beau ne pas apprécier particulièrement Ulée, elle appréciait tout de même l'air concentré des gardes qui semblaient prier les Juges que tout se passe bien, juste pour éviter de devoir rendre des comptes au Chasseur. Elle appréciait, elle était peut-être même un peu envieuse, mais ce n'était pas son rôle.

La Princesse esquisse une moue lorsqu'on les informe qu'il y en avait bel et bien six au départ, mais le retrait de l'un d'entre eux, à sa défense, s'était produit avant son arrivée. Leur arrivée. Et c'était des gardes du palais, ils n’appréciaient pas vraiment avoir affaires à l’Hermine. L’Hermine était à part et indépendante. Ça agaçait pas mal la Princesse ça. La famille régnante aurait du avoir main mise sur tout, non ?

- J'en toucherai un mot à la Matrone. Dame Evadne devait avoir ses raisons. Elle a toujours de bonnes raisons.

Il y eut un ricanement masculin venant d'une cellule, mais impossible de savoir lequel. De bonnes raisons certes mais elles ne faisaient pas toujours l'unanimité. Mais pour le moment, observer Ulée en plein travail était plus intéressant que ces questions auxquelles ils ne pouvaient répondre immédiatement.

- Je ne sais pas encore à vrai dire. J’hésite, commente le Capitaine.

Mais il n'a jamais été le Capitaine de Barbaque. Techniquement, il est son prisonnier. Barbaque est la pour s'assurer que la Murène obtienne ce qu'elle désire.

- Me mettre devant ? Non, sauf peut-être pour avoir une bonne vue du spectacle. J'ai bien l'intention de ne rien faire du tout pour lui épargner tout ça.

C'est de que Barbaque avait fait quand il avait été torture par la Murène. Rien du tout.

- Et comment vous ferez pour savoir si ce qu'il raconte est vrai ? Il n'a pas mon talent pour les histoires intéressantes, mais quand même. Quoique je veux bien raconter des tas d'histoires à la Princesse, j'en ai de bien arrivées à raconter. Je pourrais même aller les lui murmurer à l'oreille si ça lui chante.

Malgré la menace envers le petit que Dame de Milford a sous son aile, Sepiida ne réagit pas trop.

- Moi qui croyait qu’elle était une guérisseuse qui venait soigner les p'tits jeunes blessés, dit-il en allant s'affaler dans un coin sombre de sa cellule, se désintéressent totalement de la situation. Je sens que je vais éprouver une grande satisfaction à t'entendre hurler de douleur.

Et on entendit distinctement le son creux de la flasque qui se dévisse.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   12.08.17 21:06

- Ne comptez pas sur lui pour lever le petit doigt pour m’épargner. Fit Barbaque qui souffrait à chaque inspiration. S’il ne m’a pas achevé de ses mains, c’est pour mieux me livrer en pâture à ses adversaires. Je n’étais pas là exactement par ma volonté propre…
- C’est donc un cas de ‘Je n’ai rien à voir avec eux’?
- J’ai à voir avec eux. Je suis là pour valider qu’il fait ce qu’on lui commande.
- Une assurance?
- Voilà.
- C’est intéressant… Eireen?

Révéler que Sepiida naviguait pour la Murène n’était pas un fait intéressant… Mais révéler que la Murène avait besoin d’une assurance pour se faire obéir de Sepiida était intéressant. De la part de Barbaque, ça frisait la trahison. Et que ce soit Barbaque qui personnifie cette assurance lui donnait beaucoup d’intérêt. L’homme de la Murène, c’était Barbaque, pas Sepiida.

- Vous voyez, vous auriez du me convaincre de le tuer avant qu’il ne dise ceci…


Le lorialet fit son apparition comme un astre discret, petite silhouette pâle dans des caves sombres. Toutes les sources de lumière de la pièce semblaient se refléter doucement sur lui. Sur son pelage, sur ses cheveux, sur ses habits. Les gardes réagirent à sa présence. Plus confiant, moins tendu, comme rassuré, et lui livrèrent passage de bon droit.

- Eireen! Salua-t-il la princesse en l’appelant par son nom. Bien sûr votre frère Linus a évoqué votre présence auprès des prisonniers, mais j’espérais que ce ne serait pas véridique.

Il vint lui prendre les deux mains, pressant chaleureusement ses doigts, et la dévisagea.

- Ma pauvre enfant, vous avez les traits tirés d’avoir veillé cette nuit! Critiqua-t-il avec beaucoup de sollicitude. Vous devriez monter vous reposer, je calmerai les ardeurs d’Ulée, comptez sur moi. Voyons voir… fit-il en se retournant pour voir Ulée menacer un homme, c’est-à-dire qu’il se tenait devant lui… Ulée! Vous allez blesser quelqu’un…
- Non, pas du tout… Blesser ne fait pas partie de mes attributions.
- C’est le Capitaine? Monsieur, j’ai eu l’honneur de m’entretenir avec une personne de votre connaissance… Elle était très inquiète...
- Ce n’est pas le capitaine…
- Oh?
- Le capitaine est là… fit Ulée en pointant la cellule de Sepiida.
- Désolé pour la méprise… s’excusa Barbaque en voyant l’air désolé du lorialet.
- Ce n’est rien…

Le lorialet se déporta et se rapprocha dangereusement des barreaux.

- C’est bien vous Haize Sepiida?
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   13.08.17 21:47

Oui, c'était intéressant. Sepiida n'était donc plus le larbin de la Murène ? Dix ans plus tôt, La Sorcière avait déserté elle aussi, défaite par Sepiida lui-même. La Murène perdait de bons atouts semble-t-il, mais pourquoi ?

- Lequel des deux a la meilleure valeur marchande, croyez-vous, Ulée ? Il serait peut-être temps de renégocier les limites territoriales, votre Père s'en plaignait il y a quelques jours, au Conseil.

Il n'y eut pas une grosse réactions de la part du concerné, dans sa cellule, mal éclairée. Mais de toute manière, l'entrée du Lorialet détourna une partie de l'attention vers lui. La Princesse appréciait le Lorialet. Il était plaisant. Mais sa sollicitude était parfois lourde. Elle n'avait rien de fragile, ni d'une demoiselle en détresse. Eirene avait l'étoffe d'une Reine.

- L'état de mon frère aurait été bien pire après une telle nuit. Ah, au fait, il a été blessée semble-t-il, comment se porte-t-il ce matin ? Au contraire, si vous pouviez l'exciter un peu plus. Je m'ennuie un peu à vrai dire.

Fô semble vouloir s'entretenir avec le Capitaine Sepiida, mais il se trompe, parce que oui, bon, concrètement, Ulée ne s'en prend pas au Capitaine Sepiida. L'échange est divertissant et la Princesse s'en amuse, jusqu'à ce que Fô s'approche des barreaux du Capitaine.

- Vous devriez reculer, Fô, le Capitaine est d'humeur changeante. Fô lui demande s'il est bien Haize Sepiida. Haize ? interroge la Prncesse à Ulée.

Et durant de longues secondes, il n'y a que le silence qui réponde à Fô. La cellule est sombre, mal éclairée, parce que bon, c'est pas très prudent de laisser une torche à portée de main d'un prisonnier. Il n'est visible dans la cellule seulement au moment où il bouge. Et il n'est pas du tout au même endroit où il est allé s'affaler quelques secondes plus tôt. Tout d'abord, il est debout. Il a toujours ce sourire, presque victorieux, ou comme lorsqu'on est le seul à comprendre son propre jeu de mot. Dans ce cas-ci, être le seul à comprendre sa propre blague.

- Non. Moi, je suis le Capitaine Sepiida. Quoique actuellement, Sepiida suffira. Et hoche la tête. Et toi, t'es qui ? demande-t-il en tendant la main à l'extérieur des barreaux, sans se presser.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   14.08.17 21:29

- Sepiida... Surtout s'il a mal agit...

Le lorialet était tout confit de sollicitude et ceci envers la plupart des gens. Il ne tient pas compte de l’avertissement de la princesse et tendit la main à la rencontre de celle du capitaine pour lui serrer la main cordialement.

- Monsieur Sepiida, je suis Fô… Très heureux de vous rencontrer, vous avez une sacrée réputation, Monsieur…

En termes de réputation, le lorialet n’en avait pas vraiment hors des murs d’Eranthidis. Il n’était pas humain. Ou alors il avait une pilosité tout à fait renversante. Sa peau rose était couverte d’un fin duvet blanc qu’il brossait et taillait soigneusement. Soigné était l’adjectif qui lui allait le mieux. C’était un petit homme raffiné. Sa main était courte avec de petits doigts boudinés terminés par des ongles étrangement pointus.

- Votre petite sœur est très inquiète, monsieur…
- Sa petite sœur?
- Oh, une merveilleuse jeune fille! Très bien élevée! Complimenta le lorialet à l’adresse du Capitaine. Dame Evadne l’a fait soigner après que votre frère ne l’ai rudoyée. Elle est en haut…
- Le sixième prisonnier… commenta Ulée pour la princesse. C’est une fille? J'adore les petites filles...
- Moi de même...
- Oui, et c’est une honte de traiter ainsi l’un des deux seuls oracles d’Eranth. Cette enfant représente l’avenir! Heureusement Linus s’emploie à lui faire oublier les rigueurs de la journée d’hier…
- Oh… Tout va bien alors…

Barbaque haussa expressivement un sourcil en suivant cette conversation. Ils se moquaient? C’était cruel. Il y avait quelque chose de profondément injuste dans le traitement qui était réservé à l’oracle comparativement aux autres prisonniers. Et le lorialet semblait complétement aveugle à cette différence.

- Elle m'a demandé de vous dire que la lune sera pleine demain soir...
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   15.08.17 16:59

- Donc nous avons entre les mains le Capitaine Sepiida, l’homme de la Murène s'assurant que le Capitaine Sepiida obéisse à l'ordre de la Murène. Et de toute évidence nous possédons ce que désire la Murène. Trois objets de valeurs pour la Murène, semble-t-il.

Serrer la main du lorialet, c'était comme serrer la main des habitants du Nord, mais en plus chaud. Il ne croit pas que c'est un compliment. Une manière polie, sans doute. Il aurait préféré une menace, ça lui aurait semblé plus vrai.

- Capitaine si vous tenez à m'attribuer un titre, parce bon, il a toujours son navire. Mais surtout pas de Monsieur, je n’en suis pas un, dit-il, tout sourire, malgré les plaies qui saignaient un peu encore.

Il a toujours détesté ça. Il préférait Sepiida, voir Capitaine. Il avait été Amiral, mais c'était avant de voler la Grande Faux.

- Je n'aurais jamais eu l'idée de vous qualifier de Monsieur, pour ma part.
- Vous essayer de me flatter, Dame ? interroge-t-il en portant son attention sur la future Reine, légèrement en retrait. Ça fonctionne, ajoute-t-il, rapidement, tout sourire.

Fo enchaîne avec les nouvelles de Finnegan. Elle est vivante. Si elle demande de ses nouvelles, c'est qu'elle est toujours vivante.

- Oh, Je suis certain que ce Linus est bien comme il faut.

Eirene hoche la tête. Une fille. Pourquoi Dame Evadne aurait elle sortie une fille pirate des geôles ?

- Mon frère en prendra bien soin, bien sûr. Même si elle a bien failli le tuer.
- A ce que je devine, il s'en est plutôt bien sorti.
- Oh, le Prince s’en sort toujours à merveille, dit-elle avec peut-être une pointe de rancoeur.
- Oui, la pleine lune. Il fait clair et froid les nuits de pleine lune.

Les liens se font rapidement avec la suite.

- L'Héritière de Treiggel est revenue ? Et vous êtes son frère. Haize, oui, le fils de Dame Ingrid, celui à qui Dame Evadne a confié l’oracle.
- Voilà, et maintenant je la confie à Dame Evadne. Et s'il lui arrive quoi que ce soit de mal, je retourne cette ville comme une chaussette et je vous massacrerai tous, annonce-t-il avec un air candide.
- Et vous êtes le Capitaine Sepiida.
- Tout à fait. Je suis un peu déçu, Moi qui vous croyais un peu plus perspicace que les autres. Vous êtes une femme après tout. La future Reine saisit tout ce que ça implique, mais elle ne semble pas oser le formuler de vive voix, au cas où ça deviendrait plus réel. Oui, elle est ici, enfermé pas très loin, je sais.
- Vous êtes venu la libérer ? Vous n’aviez qu'à demander, nous vous l'aurons rendu.
- Non, je ne pouvais pas, parce que c'était déjà prédit.
- La prédiction de l'oracle, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   24.08.17 21:45

- Quatre. Vous oubliez l’oracle, princesse, corrigea le chasseur comme si sa cousine ne savait pas compter. L’oracle a également une valeur marchande…
- Ulée! Cette enfant est la dernière représentante de l’une des grandes noblesses d’Eranthidis!

Barbaque Ricanna méchamment.

- Son sang est précieux, sa valeur est inestimable! Et elle est dotée!

Barbaque rit franchement cette fois. Le sang de Finnegan? Murmure? Il s’en était tartiné les mains à plusieurs reprises. On en avait certainement gaspillé des litres depuis 5ans. Savait-on sur le Barjaron quelle valeur on lui accordait? La murène aurait pu négocier beaucoup en dévoilant sa prise. Enfin, en ce qui le concernait, l’important était que Sepiida lui accordait la plus grande valeur et préférait que le sang de son petit frère reste à l’intérieur de son petit frère.

Fô pinça les lèvres et se désintéressa de l’homme pour revenir au Capitaine.

- Monsieur, ce n’est pas un titre… fit remarquer le lorialet.
- C’est une forme de politesse…
- Et si vous ne l’êtes pas, lui, il l’est pour deux.
- Vous n’aimez pas qu’on vous témoigne du respect?

Barbaque grinça un commentaire d’une manière très déplaisante :

- Les pirates préfèrent être crains.

Sepiida était connu et crains. Légendaire. Personne ne connaissait Barbaque. Benedicte de Nils Klemens différait de Sepiida en un point. Le capitaine laissait toujours un survivant. Pas Barbaque. On savait à quoi s'attendre de Sepiida. On n'avait jamais entendu parler de Barbaque.

Et pendant que le Capitaine bavardait avec la princesse, une conversation parallèle avait lieu entre le lorialet, le prince, et l’autre pirate.

- Alors il est dans de sale drap…
- Qui?
- L’autre. Celui qui veille sur la gamine. Linus qui est bien comme il faut.
- Pourquoi?
- Vous ne la connaissez pas, vous…

Le lorialet et le prince échangèrent un regard de connivence et se rapprochèrent.

- Et vous vous la connaissez bien?

Pour eux, Finn avait plus de valeur que Sepiida. Barbaque choisi de miser sur ce cheval là.

- Oh oui, sussura-t-il. Et il savait qu’il ne se trompait pas beaucoup en affirmant : Je la connais par cœur. Et quant à lui, il ne ment pas lorsqu’il dit qu’il vous massacrera tous si vous lui faite du mal.
- L'oracle savait ce qui allait arriver, n’est-ce pas? Elle avait décrit cette bataille à Evadne de Milford. Se peut-il que l’oracle ait habilement desservit la murène?
- Je crois que vous tenez quelque chose là... Et c'est pour ça que vous n'allez pas nous faire le moindre mal...
- Capitaine? Est-ce que l’oracle vous a livré à Eranthidis?
Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   26.08.17 23:42

- Peut-être, mais elle est l’une des nôtres, elle est également notre cousine, cher cousin, dit-elle avec une pointe de mépris.

Non, Sepiida n’appréciait pas les monsieurs, les titres, outre celui de Capitaine, et les marques de politesses en général.

- Je ne donne pas du monsieur à ceux que je respecte, mais je peux le faire par politesses. Et généralement, ceux qui sont poli avec moi, vont généralement essayer de me tuer dans peu de temps.
- Il n’a pas tort dans le cas présent.

Ils n’avaient jamais caché qu’ils allaient les tuer. Enfin, les exécuter, surtout. Un bref échange avec la Princesse, qui aurait pu être plaisant, mais la conversation de Barbaque, du Lorialet et du Chasseur sont de loin plus intéressante. Si elle écoute attentivement, son regard est toutefois posé sur le Capitaine, dont elle guette les réactions. Et le sourire du Capitaine l’étonne, durant un court instant.

- C’est bien possible, dit-il en réponse à la question du Chasseur, qu’en pense-tu Barb ? C’est Barbaque qui devait s’assurer de l’obéissance de Sepiida, non ? Tu crois que l’Oracle m’aurait livré à Eranthidis ? Il hoche la tête. Allez, raconte tes théories, ça m’intéresse.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   27.08.17 16:22

- Eux ils veulent vous tuer, enfin, elle surtout… Ulée est un professionnel. Moi je n’ai jamais tué personne ni commandé la mort de qui que ce soit.
- Sauf celle du conseiller Cha de Dressandre.
- Sauf votre père, c’est vrai. Il vit toujours à ce que je sache. Répondit sèchement le lorialet.
- Comme c’est pour vous venger de la mort de ma mère, je me considère comme préférentiellement et personnellement impliqué.

Le lorialet poussa un soupir de frustration bien audible alors que le prince poursuivait.

- Ce que je ne suis pas vis-à-vis le Capitaine Sepiida.
- Oui… Ulée est toujours professionnel.

Barbaque salua cette assurance d’un bruit incongru.

- Ce que j’en crois? Il eut un rire sans joie. Je crois que c’était peut-être bien la seule manière de contrevenir notre employeur. Ne vous y trompez pas, cette sale gamine n’est pas vulnérable. Je ne l’avais pas vu venir.
- Vous n’êtes pas très doué comme assurance.
- Ou il manque de cœur au ventre…
- Enfin, je peux vous assurer d’une chose. Lui, fit-il en pointant Sepiida, il savait ce que son petit frère manigançait. Il est toujours au courant.conclu Barbaque avec une apparente rancoeur.

Revenir en haut Aller en bas
Inimaginable
Serpentifique
Serpentifique
avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 24/08/2010

Feuille de personnage
Dons Personnels: Tous les Dons

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   27.08.17 18:09

- Le Capitaine Sepiida a massacrer des milliers de personnes sur les côtes d’Eranth, Fô. Bien sûr que je veux le voir mort. Et la Sorcière également pour la même raison. N’est-ce pas une bonne raison ? À moins que vous ayez une autre alternative à l’exécution pour que cela cesse ? demande-t-elle, ennuyée.

Le Capitaine semblait s'amuser de cette situation. Qui le premier allait comprendre le fond de l'histoire ? Il conservait ce sourire franchement amusé, ce qui avait le don d'agacer le Princesse. Mais Sepiida s'amusait beaucoup trop aux dépend d'eux pour clarifier quoique ce soit.

- L’Oracle l’avait prédit, il a toujours été question de revenir à Eranthidis.
- Finnegan l’avait prédit avant même qu’elle sache qui sont vraiment son frère et sa mère, intervient soudainement la Dame de Milford, à l’entrée de la salle. Vous, par contre, Haize, vous saviez, dit-elle en avançant à pas mesuré.
- Je suis le Capitaine Sepiida.
- C’est vous qui avez livré l’Oracle à Eranthidis.

Le sourire du Capitaine disparaît, au grand plaisir de la Princesse, dont le sien s’agrandit soudainement.

- Comme promis.
- Je ne vous ai jamais rien promis, crache-t-il avec un soudain mépris.
- Pas à moi. À elle. Un sourire vient se glisser sur les lèvres de la Dame de Milford, tandis qu’il n’y en a aucun sur celles du Capitaine. Vous saviez qu’ici, la Thalassocratie n’a aucun pouvoir. Vous vous êtes mis en sécurité. Tous les deux. Et qu’en est-il de votre mère ? De la Sorcière ?
- Elle ne s'en tirera pas aussi bien que moi, dit-il en la saisissant soudainement par la robe et en la percutant brusquement contre les barreaux.
- MONSTRE ! hurle Evadne, mais pas du tout venant de l'endroit où se trouve son corps. Échevelée comme si on venait de la bousculer, elle porte la robe sombre de Dame Ingrid. Elle s'appuie contre la porte avant de bousculer le garde le plus proche pour lui prendre sa lame.
- ARGL, hurle la première Evadne aux prises avec le Capitaine Sepiida.

Eirene recule d'un bond et se jette presque dans les bras d'Ulée, non pas parce qu'elle escompte qu'il puisse la défendre, mais parce que ça lui semblait l'endroit le plus sécuritaire au premier abord. De toute manière, elle le pousse devant elle sans ménagement. Pas pour qu'il la défende, mais pour que lui soit obligé de se défendre. Ce n'est pas vraiment son rôle de se faire tuer dans un cachot. Dans la salle du trône, peut-être, ici, jamais.

La première Evadne détache une courte dague de sa ceinture et la plante dans le bras de son agresseur, avant de se dégager brusquement, avec le craquement sec du tissus de la robe. Il essaie bien de la saisir à nouveau, mais il manque de force et la furie fonce droit sur la seconde Evadne qui brandit l'épée courte avec certes de la maladresse, mais avec beaucoup de volonté. La première Evadne tend les bras et la seconde est balayée, d'un côté, comme tout ce et ceux qui se trouvent dans la pièce. La peau de la première Evadne semble fondre et l'apparence horrifique de la sorcière furieuse prend toute la place, encore pire en réalité que les histoires racontées. Un garde réussit à se relever plus rapidement et tente de s'interposer, mais elle le frappe en plein thorax et il suffoquant, mais pas pour longtemps.

Elle n'a pas le temps d'avancer que derrière le garde surgit un des pirates enfermé, Belair, qui la pousse avec violence à son tour.

- J'ai pas peur de toi !

Seuls les plus âgés pourraient peut-être reconnaître, sous la barbe grise et fournie, le petit frère de Dame Ingrid, porté disparu à Eranthidis depuis longtemps. Derrière, un autre fracas, dont la Sorcière est cette fois innocente, puisqu'il s'agit du Capitaine qui s'extirpe de sa cellule.

- Traître, lance-t-elle à l'adresse de son fils, tandis qu'il attrape un tabouret pour le balancer avec force dans sa direction. Elle ne l'évite pas, mais l’attrape et le relance avec autant de force, bien que ça n'ait rien à voir avec la force brute de son fils. Traitre, hurle-t-elle à l'adresse de l'autre pirate qui semble le prendre avec nettement moins d'horreur qu'il le devrait.
- T'es pas belle quand t'es furieuse.

Elle se met soudainement à pousser un hurlement qui les font tous frémir d'horreur comme si on avait soudainement fait trottiner des millions d’araignées juste sous leur peau. Et soudainement, elle semble fondre, littéralement, avant d'exploser en une masse intangible et d'entrainer Belair à travers le couloir sur quelques mètres.

Le Capitaine Sepiida se lance à sa poursuite, suivi de près par Belair qui le rejoint. Mais la Sorcière est beaucoup plus rapide qu’eux.

- Le Capitaine Sepiida s’est évadé ?
- Tout comme la Sorcière semble-t-il, dit-elle en se relevant péniblement. Mais on sait où ils vont.
- L’Oracle ?
- Ingrid se fiche de l’Oracle. Elle veut sa fille. Elle m’a prise la mienne, annonce la Dame de Milford, avec une rancoeur et un mépris visible, jamais je ne lui rendrai la sienne. Elle se met en marche à son tour. Je vais la tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Inconcevable
Taupifique
Taupifique
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   29.08.17 21:15

Comment et pourquoi Alice avait-elle laissé faire cela? Si la murène voulait gagner, il fallait garder Finnegan en otage au Barjaron et envoyer Sepiida. La gamine n’était pas capable de se résoudre à tuer, donc à se protéger. Elle n’était jamais venu à bout de lui. Non, c’était une erreur stratégique et Barbaque l’avait compris dès qu’il avait vu le Seigneur de Guerre embrocher Finnegan. Alice ne faisait pas d’erreur.

Ce qui se passa ensuite, il en est le spectateur. Satisfait d’être ignoré et flottant dans une espèce de torpeur de douleur et d’épuisement. Il eut le temps de se faire la réflexion que les Nils Klemens étaient décidément des gens sans histoires et bien comme il faut.

C’était juste avant qu’Ingrid ne s’échauffe.

Barbaque appréciait la sorcière à sa manière. Elle avait du panache. Elle avait servi quelques beaux revers à la murène et ce n’était pas sans lui plaire. Il lui avait toujours témoigné du respect. Elle s’en était toujours foutue. Oh les choses seraient différentes maintenant… Surtout si elle apprenait ce qu’il avait expérimenté avec sa fille…

Laissé seul avec le lorialet, il demanda :

- Quand elle dit que la sorcière lui a pris sa fille et qu’elle n’aura jamais la sienne parce qu’elle va la tuer… Elle veut dire qu’elle va buter la sorcière? Ou qu’elle va buter la gamine pour lui faire apprécier sa détresse?
- Ma fois…envisagea le petit homme avant de se reprendre vivement, Mais non… Evadne de Milford ne tuerait jamais une enfant de sang froid!
- Ce n'est pas une enfant. Moi si j’avais à choisir entre les deux, je ne choisirais pas la sorcière… Enfin, vous la connaissez mieux que moi… Et puis Sepiida la lui a confiée.

Le lorialet semblait révolté.

- Si vous me prêter main forte, j’aimerais m’en assurer… J’ai des intérêts lié à la vie de l’oracle…
- Vous aussi?
- Tout le monde en a.

Il n’y avait plus personne… Gardes, prince, chasseur, princesse, prisonnier; envolés. Seulement un homme aux fers assit sur une chaise.

- Vous êtes blessé?
- Pas mortellement… Mais mon genou me fait un mal de chien…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 627H - Dans les Geoles   

Revenir en haut Aller en bas
 
627H - Dans les Geoles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AIR DANS LE FILTRE (PROFI E900 JBL)- DEGAZAGE PERMANENT DANS LE BAC
» 42- Refuge affilié S.P.A. à Saint Chamond dans la Loire
» Mettre une pierre dans mon aquarium.
» J'ai trouvé un levraut dans ma salle de bains Que faire ?
» Taux de Nitrate dans mon bac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMUAM :: Les continents et les îles :: Eranth :: Eranthidis :: Le palais d'Eranthidis-
Sauter vers: